/news/transports
Navigation

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain

Il sera beaucoup plus visible alors que les travaux sous l’eau viennent tout juste de se terminer

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Le chantier du pont Champlain entre dans une toute nouvelle phase qui sera beaucoup plus visible pour les automobilistes alors que le travail sous l’eau s’est terminé cette semaine.

Les employés du chantier viennent tout juste de terminer de poser la dernière des 38 semelles maritimes qui accueilleront les piliers du pont dans le fleuve Saint-Laurent.

L’installation de ces imposantes pièces en béton armé de 604 tonnes avait commencé il y a près d’un an jour pour jour. Une trentaine de travailleurs étaient nécessaires pour poser chacune de ces pièces et l’opération pouvait durer deux à trois jours.

« On entre maintenant dans une phase où les travaux vont s’intensifier en hauteur », confirme Annie-Claire Fournier, porte-parole du consortium Signature sur le Saint-Laurent (SSL) responsable des travaux.

Prochaine étape

Les prochains mois seront, entre autres, consacrés à l’installation des 37 chevêtres, ces énormes W en acier sur lesquels sera posée la structure qui accueillera le tablier du pont où circuleront les automobilistes.

Fabriqués en Espagne, les chevêtres sont livrés par paquebot transatlantique au port de Montréal avant d’être transportés par barge jusqu’au chantier du nouveau pont. Seules deux de ces pièces de 400 tonnes avaient été installées au moment d’écrire ces lignes et l’opération devrait se poursuivre jusqu’à l’été prochain.

En parallèle, les poutres-caissons qui vont composer la partie en acier du pont ont commencé à arriver sur le chantier l’hiver dernier. Lorsqu’on aura fini de les poser, les Montréalais pourront distinguer la silhouette du futur pont.

La construction du pylône principal va également se poursuivre cet été et il devrait atteindre sa pleine hauteur au printemps prochain. Les premiers haubans, ces fils qui sont reliés au pylône principal et qui soutiennent la partie la plus haute du pont, devraient commencer à être installés l’automne prochain.

Décembre 2018

Malgré des retards dans la livraison de certaines pièces surdimensionnées, Infrastructure Canada affirme que l’objectif demeure de livrer le pont le 1er décembre 2018.

Depuis le début de la première grève des ingénieurs, la presque totalité des permis nécessaires au transport de pièces hors-normes n’ont pas été émis par le ministère des Transports, explique SSL.

« Nous suivons la situation de près quant à un possible retour en grève de l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec », indique Annie-Claire Fournier.

Les travaux de démolition de l’ancienne structure pourraient commencer en janvier 2019 et se conclure trois ans plus tard, à condition que le nouveau pont soit terminé dans les temps.


Les piliers émergent

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

Les W qui sortent de l’eau sont des chevêtres qui soutiendront le tablier du pont. Leur forme doit permettre de soutenir les trois corridors de circulation que comptera le nouveau pont Champlain, soit deux pour les voitures et un troisième au centre dédié au transport collectif. Chacun des 37 chevêtres que comptera le pont pèse 400 tonnes et mesure 12 mètres de haut et 50 mètres de large.


Des jetées temporaires

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

Les trois jetées qui ont été mises en place pour le chantier seront retirées une fois le nouveau pont Champlain terminé. Elles servent présentement de plateformes de travail et de quais d’amarrages, la nuit, pour les embarcations utilisées. Les trois jetées ont nécessité près d’un million de tonnes de pierre. Des passes ont été creusées dans la jetée Ouest pour réduire l’impact du chantier sur les poissons.


Plongeurs en action

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

​Les trous de 9 à 10 mètres dans lesquels ont été placées les semelles des piliers ont été creusés directement dans le fond du fleuve Saint-Laurent grâce à une pelle mécanique installée sur une barge. Le godet de la pelle mécanique était muni d’un système GPS qui permet à son opérateur de connaître sa position au fond de l’eau même s’il ne le voit pas. Des plongeurs inspectaient ensuite les trous pour s’assurer qu’il n’y ait pas de débris qui pourraient compromettre la solidité des piliers.


D’imposants blocs de béton

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

Les imposants blocs de béton qui commencent à apparaître au bord de l’autoroute 132 feront partie du segment Est du nouveau pont. Cette partie s’étendra sur 800 mètres de Brossard jusqu’à la voie maritime.


Plus haut que le Stade

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

La partie la plus haute du pont sur laquelle les voitures circuleront reposera sur une énorme plaque de béton de 340 tonnes située à la hauteur de la structure en acier et appelée « entretoise inférieure ». C’est aussi par-dessus l’entretoise inférieure que sera installé le pilier central du pont, qui mesurera 170 mètres de hauteur et sera donc plus haut que le stade olympique. Un des défis majeurs de ce chantier est d’ériger la partie centrale du pont sans empiéter sur la voie maritime que les navires continuent de traverser en permanence.


Environnements contrôlés

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

Sur la jetée Ouest, qui est située sur L’Île-des-Sœurs, des tentes blanches de 15 mètres de hauteur permettent aux ingénieurs du nouveau pont Champlain de couler d’énormes pièces de béton dans des conditions contrôlées. Elles devraient être démontées d’ici la fin de l’année. Les 38 semelles qui ont été posées au fond du fleuve ont été coulées dans ces tentes. Les 36 autres semelles qui se trouvent sur la terre ferme ont été coulées directement sur leur emplacement.


À venir sur le chantier

Une nouvelle phase au chantier du nouveau pont Champlain
Photo Ben Pelosse

Au cours de l’été et jusqu’au printemps 2018, les Montréalais verront apparaître petit à petit les chevêtres qui vont accueillir le tablier du pont. Cette phase sera particulièrement spectaculaire parce que deux grues de 650 tonnes sont nécessaires pour soulever à la verticale ces pièces en forme de W qui sont livrées en deux parties. En prenant en compte l’équipement qui y est rattaché, chaque demi-chevêtre pèse 261 tonnes. Ce n’est qu’une fois cette étape terminée que pourra commencer l’assemblage de la structure en acier qui soutiendra le tablier du pont. Celui-ci sera constitué de plus de 9600 dalles préfabriquées.

Le nouveau pont Champlain en chiffres

  • 630 travailleurs sur le chantier présentement
  • 4,239 milliards de dollars
  • 42 mois de travaux
  • 3,4 km de long