/news/society
Navigation

Aucune indemnisation pour des années de viols

Aujourd’hui, elle considère son avocat Marc Bellemare comme le seul père qu’elle a eu

Martine Legault a confié que l’avocat Marc Bellemare (à droite) est la seule personne de sa vie à avoir pris sa défense.
Photo Pierre-Paul Poulin Martine Legault a confié que l’avocat Marc Bellemare (à droite) est la seule personne de sa vie à avoir pris sa défense.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir vu sa vie ruinée par des agressions sexuelles à répétition pendant son enfance, une Montréalaise de 38 ans qui a dû se battre pendant quatre ans pour être reconnue comme victime déplore devoir encore attendre pour être indemnisée.

Le calvaire de Martine Legault a commencé lorsqu’elle avait 8 ans. Le conjoint de sa mère s’est mis à l’agresser presque tous les jours, et ce, jusqu’à ce qu’elle quitte la maison à 13 ans.

« J’ai l’impression d’être morte en dedans, a-t-elle confié. Je voudrais tellement que ça finisse pour que je puisse aller me chercher de l’aide et essayer d’être en paix. »

Vie teintée

Toute la vie de Mme Legault a été teintée par cette sombre période : solitude, toxicomanie, agressivité, violence. Depuis 2013, elle tente de recevoir une indemnisation de la direction de l’Indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) et d’amorcer une guérison.

Comme les premiers viols ont débuté en 1987, Martine Legault a demandé à être considérée comme une victime depuis cette période.

L’organisme a refusé, prétextant que sa demande n’avait pas été déposée dans le délai d’un an prévu par la loi et qu’elle n’avait pas démontré l’impossibilité d’agir durant cette période.

Première victoire

C’est à ce moment que Mme Legault a contacté l’avocat Marc Bellemare, qu’elle considère comme le seul père qu’elle ait jamais eu.

« C’était tellement gros comme histoire que je ne pouvais pas laisser passer ça », a-t-il indiqué.

Après deux refus et quatre ans de démarches, elle a gagné une première bataille lorsque le Tribunal administratif a ordonné à l’IVAC de revoir sa décision.

Le mois dernier, l’organisme a donc accepté la demande d’indemnisation de Martine Legault, mais a fixé la date de l’événement au 1er décembre 2012, soit le jour où elle a trouvé le courage de porter plainte contre son agresseur.

« C’est de l’acharnement et du harcèlement, s’indigne Me Bellemare. Ce qu’ils veulent, c’est épuiser les victimes par tous les moyens. »

À ce jour, l’IVAC refuse toujours d’indemniser Mme Legault depuis 1987 même si un psychiatre a déclaré qu’elle souffrait d’une grave névrose liée aux agressions. Le médecin a également confirmé qu’elle était « non fonctionnelle » depuis 1987 à cause du traumatisme subi.

D’autant plus que son beau-père ne s’en prenait pas qu’à elle. Son frère cadet, une personne de petite taille, a encaissé de nombreux coups pendant cette même période.

« Il jouait avec ma tête parce que plus je disais non, plus il battait mon frère », relate-t-elle.

Des moments qui ne cessent de la hanter, comme les fois où celui qu’elle surnomme « le monsieur » lui touchait les parties génitales tout en donnant des coups de pied à son frère.

Mort avant l’enquête

Au grand dam de Mme Legault, son agresseur est mort d’une crise cardiaque quelques heures avant son enquête préliminaire, mettant du coup fin aux procédures judiciaires.

« Je n’ai pas encore vécu, moi, a-t-elle soufflé. J’ai passé ma vie à le haïr et à vouloir le voir mort. J’ai engourdi mon mal de vivre avec de la drogue, j’ai eu des problèmes avec la justice et je n’ai jamais eu de relation qui avait du sens à cause de lui. Je déteste les êtres humains à cause de lui. »

Mais le plus grand malheur de sa vie demeure le jour où ses deux enfants ont été adoptés puisqu’elle n’était plus capable d’en prendre soin.

Pour des raisons de confidentialité, l’IVAC n’a pas souhaité commenter le dossier.

Un organisme qui serait de mauvaise foi

Même si L’IVAC n’a toujours pas versé un sou à Martine Legault, l’orga­nisme­­ a pourtant déjà pris les mesures pour lui faire couper ses prestations d’aide sociale. De la mauvaise foi, selon l’avocat Marc Bellemare.

L’IVAC fonctionne avec un système « pourri » et « malsain », ajoute l’ancien ministre de la Justice, qui ne mâche pas ses mots lorsqu’il est question de l’organisme chargé d’indemniser les victimes d’actes criminels au Québec.

Contestation

Le 16 juin dernier, Mme Legault a reçu une lettre l’informant que sa demande de prestation avait été acceptée. Or, puisque la date de l’événement donnant lieu à une indemnisation est en litige, la décision a été une fois de plus contestée, a indiqué Me Bellemare.

Ceci étant dit, même si Martine Legault avait accepté cette décision, elle n’aurait pas reçu de chèque de sitôt, si l’on se fie à la lettre.

« Votre demande est transmise à l’intervenant chargé du dossier qui évaluera vos besoins et déterminera si vous avez droit à des indemnités », peut-on y lire.

Délais interminables

L’organisme a déjà fait subir des délais interminables à Martine Legault depuis quatre ans, soutient la principale intéressée. Or, il n’a fallu que 14 jours pour que l’aide sociale l’informe qu’à partir de maintenant, elle n’aurait plus droit à ses prestations puisqu’elle est désormais prise en charge par l’IVAC.

« Elle n’a pas reçu un cent encore, s’est insurgé Marc Bellemare. Ils ne payent pas, mais ils prennent tous les moyens possibles pour que l’aide sociale arrête de la soutenir. Ils se sont traîné les pieds depuis 2013 et la première action qu’ils prennent, c’est de lui couper­­­ les vivres. »