/lifestyle/columnists
Navigation

Désillusions d’une grand-mère

Coup d'oeil sur cet article

J’ai toujours eut le sentiment que vous vouliez donner aux gens la force de traverser leurs épreuves et c’est pour ça que je vous écris. J’ai 80 ans et je vis seule depuis la mort de mon mari. L’épouse de mon fils et ses deux enfants sont manipulateurs, alors que comme moi, mon fils est une bonne pâte toujours prêt à aider. Je croyais être aimée de mes petits-enfants, c’est pourquoi j’ai toujours été généreuse envers eux. À titre d’exemple, j’ai donné une auto ainsi que de l’argent à mon petit-fils. Ce qui ne l’a pas empêché de venir me voler et dire ensuite que j’étais folle quand je me suis mise à vouloir récupérer mes biens.

Le pire c’est que mon fils ne me croit pas quand je lui dis ce que m’a fait son garçon. Il préfère croire ce dernier qui ment comme il respire. Que voulez-vous, c’est sa famille. Depuis que j’ai coupé tous les vivres à ce jeune garçon, il cherche à me faire du mal. Il a même eut le culot de me souhaiter un gros mal de tête qui m’emporterait.

Je reste convaincue que mon fils lui, m’aime pour de vrai. Mais que voulez-vous, il ne peut pas renier sa famille pour moi. Alors j’attends impatiemment qu’il ouvre enfin les yeux, en espérant qu’il les ouvre avant qu’il ne soit trop tard. Vous ne pouvez savoir à quel point ça m’a fait du bien de vous confier ce gros secret qui me pèse.

Mère et grand-mère qui veut rester anonyme

Je ne peux pas grand chose pour vous. Et c’est d’autant plus triste qu’après avoir signé votre lettre, vous m’en avez envoyé une seconde pour me demander de ne pas utiliser votre nom pour ne pas alerter votre fils. Vous voulez le réveiller, mais sans qu’il sache que ça vient de vous. Donc vous avez peur de sa réaction. Pour être entendue dans la vie, il faut être claire, car moins on l’est, moins la vérité fait mouche. J’espère au moins que vous savez mettre un écran de protection entre vous et ce garçon. Il ne faut pas attendre vous non plus qu’il soit trop tard pour agir.