/opinion/blogs/columnists
Navigation

Madame Payette, revenez sur Terre !

Julie Payette astronaute
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Quoi de mieux pour nous promettre la Lune ? L’astronaute Julie Payette !

Alors que la France fêtait vendredi la prise de la Bastille de 1789, élément catalyseur d’une révolution qui a renversé le pouvoir royal, le Canada discutait au même moment de la nouvelle représentante d’Élisabeth II. Un contraste pour le moins frappant.

Depuis l’annonce de la nomination de madame Payette à titre de gouverneur général du Canada, nous avons pu contempler des éloges mielleux sur les qualités humaines de la nouvelle représentante de la Reine, servis en quantité industrielle.

Pour ceux qui croient en la pertinence de cette fonction (la monarchie est un choix, nous disait Mélanie Joly...), cela va de soi. Quand on estime qu’un poste est nécessaire, il est parfaitement normal de vouloir que la meilleure personne l’occupe.

Par contre, nous avons aussi pu voir un paquet d’adversaires de la monarchie britannique (et ils sont nettement majoritaires dans l’opinion publique), jouer aux lèches-bottines avec madame Payette après avoir formulé leur opposition à la fonction. « Je suis contre le poste de gouverneur général mais elle est un excellent choix » résume leur mantra. De belles victimes du coup communicationnel de Justin Trudeau, qui veut rendre le gouverneur général cool et branché.

Or, il ne peut y avoir d’« excellent choix » -pas même Jésus Christ en personne- pour occuper le poste de gouverneur général, foncièrement rétrograde et arriéré.

Ça vous plait de payer l’impôt pour financer un salaire à vie de 290 000 dollars par année ? Comme le député bloquiste Louis Plamondon le calculait la semaine dernière, madame Payette a 52 ans et l’espérance de vie moyenne est de 84 ans. Si nous souhaitons à madame Payette une très longue vie, admettons un instant qu’elle trépasse à 84 ans : cela revient à environ 9 millions de dollars. Et c’est sans compter tous les autres gouverneurs généraux encore en vie, et sans prendre en compte non plus les 160 employés, les trois photographes et les quatre chauffeurs mis à sa disposition pendant qu’elle est en fonction.

Mais, même si cette fonction avait été bénévole, elle n’en serait pas pour autant légitime ou acceptable, étant un symbole vivant que nous sommes encore, en 2017, des sujets de la Reine. Elle est un rappel que nos députés prêtent toujours serment à la monarque britannique et que toutes les lois votées par les parlements doivent avoir la sanction royale.

Abolissez ça au plus vite !

Julie Payette, après avoir évité de répondre à une question sur la pertinence de ce système, a affirmé que, depuis sa navette spatiale, le Canada paraissait si beau comme pays uni. Le libéral Marc Garneau avait déjà employé une formule similaire lors de son arrivée en politique, en 2006, pour justifier son canadianisme militant. Après les Rocheuses et le passeport, place à l’image du Canada dans l’espace. Il y en a qui manquent vraiment d’imagination. Ou qui en ont trop, c'est selon.

Madame Payette, revenez donc sur Terre !