/lifestyle/columnists
Navigation

Quand le cœur prend trop de coups durs, il finit par craquer

Coup d'oeil sur cet article

Je suis un homme dans la soixantaine qui vient en même temps de perdre sa job et sa femme. Je traverse un des printemps les plus difficiles de ma vie. Contrairement à la majorité des hommes, j’ai toujours été prêt à aider les femmes de ma vie dans les tâches domestiques et à leur laisser aussi leur part de liberté pour qu’elles puissent s’épanouir en dehors de notre couple. Mais il semble, selon mes proches, que cela ait créé ma perte.

J’en suis à mon cinquième échec de couple, et cette fois-ci, je sens que je ne m’en relèverai pas. Mes deux enfants issus d’unions précédentes, je ne les ai pour ainsi dira jamais revus. Et le petit dernier de huit mois que j’avais avec celle qui vient de me quitter, je sens que je ne le reverrai pas plus que les deux autres. Autrement dit je suis seul et dans la rue dans tous les sens du mot, puisque la dernière est partie avec le char et les meubles.

C’est ça que ça donne d’être trop bon avec les femmes, on se fait laver. Et la cerise sur le sundae, c’est qu’elle est partie avec mon boss, qui lui en a profité pour me mettre à la porte de la compagnie. Et dire que je le considérais comme un frère, que je le recevais chez-moi et qu’il avait l’air d’apprécier ma compagnie. À part apprendre à me méfier de ceux qui semblent m’aimer, que devrais-je apprendre pour ne plus me tromper?

Un homme à bout

Que diriez-vous de chercher, avec l’aide d’un psychothérapeute, les raisons qui vous font faire d’aussi mauvais choix? Un certain manque de confiance en vous peut-être?