/news/currentevents
Navigation

Un imam jordanien recherché en vertu d’un mandat d’arrestation à Montréal

Muhammad Bin Musa al-Nasr
Capture d'écran, Youtube Muhammad Bin Musa al-Nasr

Coup d'oeil sur cet article

Un imam jordanien qui aurait invité les fidèles d’une mosquée montréalaise à tuer des juifs fait désormais l’objet d’un mandat d’arrestation.

Le cheikh Muhammad Bin Musa al-Nasr avait été invité au cours de l’hiver à la mosquée Dar Al-Arkam, dans le quartier Saint-Michel.

C’est à cette occasion qu’il aurait tenu des propos haineux à l’endroit des juifs.

L’allocution de l’imam du 23 décembre avait été filmée, puis diffusée sur internet.

«[Jusqu'à] la fin des temps, lorsque les musulmans triompheront du plus mauvais de l’humanité [et] des démons humains, la pierre et l’arbre diront: «Ô musulman, Ô serviteur d’Allah (...), il y a un juif derrière moi; viens et tue-le»», a notamment dit Muhammad Bin Musa al-Nasr lors de sa prise de parole.

Plusieurs plaintes ont été déposées auprès du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CCRJI), ainsi que l’organisme B’Nai Brith font partie des plaignants dans cette affaire.

«Il y a des limites à ce qu’on peut dire, a déploré le vice-président aux affaires publiques du CCRJI, David Ouellette. D’autant plus que dans le cas présent, ça se passe dans un contexte mondial d’attentat terroriste.»

«Il y a de quoi s’inquiéter quand on se rend compte que des mosquées reçoivent des imams qui appellent à la violence et à la haine envers les juifs, a poursuivi M. Ouellette. C’est très préoccupant et c’est une menace pour tout le monde.»

Le CCRJI et l’organisme B’Nai Brith ont tous les deux affirmé qu’ils étaient très satisfaits du sérieux avec lequel leur plainte a été reçue au SPVM.

«Cela traduit un travail très diligent», a noté David Ouellette.

Le cheikh jordanien est aujourd’hui recherché par les autorités. S’il est arrêté, il devra faire face à la justice pour les propos haineux qu’il aurait tenus.