/news/currentevents
Navigation

Double meurtre à Brossard: deux hommes sont tués à bout portant

Les enquêteurs demandent l’aide du public pour élucider leur mort

FD-DOUBLE-MEURTRE-BROSSARD
PHOTO AGENCE QMI, MAXIME DELAND

Coup d'oeil sur cet article

Les deux jeunes hommes retrouvés morts lundi soir dans un secteur boisé et sombre de Brossard auraient été forcés de s’agenouiller avant d’être froidement exécutés d’une balle dans la tête.

Qu’est-il arrivé à deux amis de 21 et 23 ans pour qu’on leur tire dessus à bout portant et qu’on les laisse pour morts ?

C’est ce que les enquêteurs des crimes majeurs du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) tentent de découvrir pour élucider ce qui a toutes les apparences d’un règlement de compte. Pour l’instant, aucune thèse n’est toutefois écartée par les enquêteurs.

Les autorités ont devoilé ce matin l'identité des victimes. Il s'agit de Kevin Paul et Mohammed Odeh.

FD-DOUBLE-MEURTRE-BROSSARD
Photo Agence QMI, Pascal Girard

 

Par un passant

Les victimes ont été découvertes par un passant peu avant 23 h. Elles étaient étendues au sol dans l’entrée du centre de plein air de Brossard, situé sur le chemin des Prairies. Celui-ci était probablement désert puisqu’il est fermé au public l’été. Aucune caméra de sécurité n’est installée sur le site.

Une voiture de marque Lexus se trouvait près des jeunes hommes, mais elle n’est pas enregistrée à leur nom. Les deux victimes n’avaient aucun antécédent judiciaire, mais ils n’étaient pas non plus inconnus des policiers. Leur mort ne serait pas liée au crime organisé.

Les deux victimes ensanglantées ont été retrouvées couchées près de cette Lexus à Brossard.
Photo COURTOISIE, POLICE DE LONGUEUIL
Les deux victimes ensanglantées ont été retrouvées couchées près de cette Lexus à Brossard.

 

Boisé ratissé

Tous les moyens mis à la disposition des autorités ont été utilisés mardi pour trouver des indices. Un maître-chien et des VTT ont été envoyés sur les lieux. Les policiers ont également effectué une battue dans le vaste boisé qui entoure la scène de crime. Les recherches reprendront d’ailleurs mercredi.

Jean-Pierre Voutsinos, Porte-parole SPAL
Photo MARTIN CHEVALIER
Jean-Pierre Voutsinos, Porte-parole SPAL

« On cherche l’arme du crime, mais aussi n’importe quoi qui pourrait être relié, a indiqué mardi l’agent Jean-Pierre Voutsinos, porte-parole de la police. Les agents pourraient ramasser, par exemple, une canette au sol. Elle pourrait avoir appartenu à l’un des suspects et nous la ferions analyser. »


Toute information pertinente peut être transmise de façon confidentielle en composant le 911.