/news/politics
Navigation

Accusation contre Julie Payette: Trudeau ne veut pas dire s’il savait

Justin Trudeau refuse de dire s’il savait ou non que la prochaine gouverneure générale du Canada Julie Payette a déjà été arrêtée et accusée d’agression en 2011 alors qu’elle vivait au Maryland.
Photo d'archives Justin Trudeau refuse de dire s’il savait ou non que la prochaine gouverneure générale du Canada Julie Payette a déjà été arrêtée et accusée d’agression en 2011 alors qu’elle vivait au Maryland.

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau refuse de dire s’il savait ou non que la prochaine gouverneure générale du Canada Julie Payette a déjà été arrêtée et accusée d’agression en 2011 alors qu’elle vivait au Maryland.

«Je n’ai pas de commentaire à faire là-dessus», a lancé le premier ministre du Canada mercredi lors d’un point de presse à Québec.

L’accusation criminelle a été abandonnée deux semaines après qu’elle eut été portée.

Selon les documents de Cour consultés en ligne et rapportés par le site d’information iPolitics, Mme Payette a été accusée d’avoir commis une agression «causant des séquelles» le 24 novembre 2011 au Maryland, où elle habitait à l’époque avec son ex-mari William Flynn. Ce crime est punissable d’une peine maximale de 10 ans de prison et 2500$ d’amende.

Le premier ministre n’a pas souhaité révéler s’il connaissait la situation de Mme Payette. Il a toutefois indiqué qu’avant «toute nomination», un gouvernement «fait des analyses, des recherches profondes sur le passé d’une personne». Il a apporté son soutien à Mme Payette. «Je sais qu’elle sera une gouverneure générale extraordinaire, les Canadiens sont fiers de l‘avoir pour les représenter», a-t-il dit.

La veille, Mme Payette s’était défendue. «Pour des raisons familiales et personnelles, je ne commenterai pas sur ces accusations non fondées, desquelles j’ai été immédiatement et totalement libérée, il y a de cela plusieurs années. J’espère que les gens respecteront ma vie privée», a-t-elle indiqué dans une déclaration écrite. La Montréalaise n’a été reconnue coupable d’aucun crime, ne détient pas de casier judiciaire et peut voyager sans contraintes.