/news/currentevents
Navigation

Julie Payette a fauché mortellement une piétonne en 2011 au Maryland

La prochaine gouverneure générale du Canada, Julie Payette
Photo d'archives La prochaine gouverneure générale du Canada, Julie Payette

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle gouverneure générale Julie Payette a fauché mortellement une femme de 55 ans au Maryland en juillet 2011. Après une enquête qui a duré huit mois, les policiers ont conclu à un accident et elle n’a pas été accusée, rapporte le Toronto Star, jeudi.

Selon le rapport de la police de St Mary’s que Le Journal a pu consulter, il aura fallu une enquête de 8 mois pour conclure qu’aucun acte criminel n’a été commis par Mme Payette.

Chronologie

Julie Payette conduisait vers son domicile après avoir passé le week-end à Orlando lorsque la victime, Theresa Potts, a traversé illégalement à une intersection en se rendant à sa rencontre des Alcooliques anonymes.

La victime, Theresa Potts.
La victime, Theresa Potts.

C’est alors que la Volkswagen Touareg que conduisait Mme Payette l’a frappée de plein fouet à environ 60 km/h.

La victime a été projetée à une vingtaine de mètres. Elle a été par la suite transportée par hélicoptère à l’hôpital où son décès a été constaté.

La police a conclu que des problèmes de vision de Theresa Potts ont causé l’accident. Au terme de l’enquête, la vitesse, l’alcool, la fatigue et l’utilisation d’un cellulaire ont été écartés. Mme Payette n’a pas été transportée à l’hôpital selon le rapport de police.

L’accident est arrivé quelques mois avant l’affaire de violence conjugale qui a mené à une accusation, par la suite abandonnée, comme le révélait le site iPolitic plus tôt cette semaine.

Regrets

Après l’accident, Julie Payette a contacté les membres de la famille de la défunte pour exprimer ses regrets. Elle leur a fait parvenir une carte expliquant que les dernières semaines avaient été très difficiles depuis qu’elle avait tué Mme Potts.

Elle leur a souhaité tout le courage nécessaire pour passer à travers l’épreuve. La sœur de la victime, Jo-Ann Potts, était très fâchée.

« Elle était ma confidente, ma meilleure amie, elle habitait chez moi. Mais lorsque j’ai compris que c’était un accident, je l’ai accepté. »

Le premier ministre Justin Trudeau s’est d’abord dit profondément désolé pour la famille de la victime et a par la suite défendu son choix de nommer Julie Payette comme prochaine gouverneure générale.

« Je peux rassurer les Canadiens que quand vient le temps de remplir des postes aussi importants que gouverneure générale, on a un processus de vérification et de sécurité qui est profond et rigoureux. »

Pour leur part, le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique ne remettent pas en question la nomination de Julie Payette à la lumière des révélations sur son passé.