/misc
Navigation

M comme on aime!

Coup d'oeil sur cet article

M comme, maman

M comme, la mère patrie

M comme, la Marseillaise

M comme, Massilia

M comme, Marseille

M comme, merci d’être si belle!

M comme, aime donc, même son, même signification.

Il est facile de tomber en amour avec cette cité phocéenne, fondée par les Grecs 600 ans avant Jésus-Christ, devenant ainsi la première cité française, appelée alors Massilia, dérivé du nom grec Massalia, il y a de cela, plus de 2600 ans.

La beauté des villes grecques de l’Antiquité, des temples, des théâtres, de lieux de culte et de savoir, magistralement complétée par les Romains, sont aujourd’hui en continuité avec la plus ancienne ville française, Marseille, aujourd’hui, 2ième ville en importance de population et la plus vaste de France de par son territoire.

Ma dernière visite à Marseille remontait à dix ans, dix ans d’éloignement, c’est bien trop long, dix ans à se faire belle pour notre plus grand plaisir, comblé je suis, de la retrouver.

Elle s’est déshabillée de ses lambris un peu trop vieillis, pour se rajeunir d’un écrin neuf pour des décennies.

Je l’aimais déjà cette belle dame sur la mer, je l’aime encore et même plus aujourd’hui, pour des jours et des nuits.

Marseille est une ville qui respecte son passé, son phare, son port, son fort, sa basilique, ses Iles du Frioul elles aussi renouvelées, ses Calanques majestueuses à la beauté sauvage et rebelle, ses ruelles escarpées qui se dévoilent à la sortie d’un grand escalier du quartier du Panier, échelle de Jacob de vérité, dévoilant le calme d’une petite place, ludique rencontre avec les résidents à l’accent chantant, partie de pétanque où tirer ou pointer devient un art, surtout si le pastis La Pâstisserie en est la récompense.

 

Marseille, avec ses quartiers chargés d’histoires de vie, de difficultés et de bonheurs retrouvés, se tourne inexorablement vers l’avenir, vers ses jeunes, porteurs d’espoir et de talent, le regard bienveillant.

Marseille combine donc, passé et avenir, comme en témoigne cette merveilleuse réalisation de l’architecte Rudy Ricciotti, le MUCEM, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, un chef-d'œuvre selon moi, d’une poésie architecturale inouïe, transparence de béton malléable, posé sur la mer, reliant directement le passé et l’avenir par une passerelle du même matériau au fort Saint-Jean, restauré avec éclat.

Marseille, c’est aussi la bonne humeur, le soleil très souvent et le vent, le Mistral, gagnant le cœur des gens. Marseille, c’est un port rénové, embelli, le port commercial agrandi, de plaisance avec aisance, de croisière à un jet de pierre de la Canebière.

Photo Thierry Daraize

 

C’est aussi les petits espaces ludiques comme celui des Auffes, à la fin de journée, au soleil couchant, lorsque les jeunes adultes se donnent rendez-vous pour une dernière baignade et un pique-nique sur les rochers.

L’enfance qui ne veut pas partir, le tumulte de la vie et de la ville tonitruante qui nous accapare, à Marseille pourtant, on prend le temps de vivre et de vivre bien, peuchère.

La grande roue pour avoir la tête dans les étoiles, les activités estivales, le thé à la menthe offert à un euro la tasse par des commerçants ambulants la nuit tombée. La joie, le bonheur et en prime le couché de soleil sur la Méditerranée.

Les Marseillais sont fiers de leur ville et de leur région, porte de la France de la Méditerranée et de la Provence à ses pieds. Ils ont bien raison d’être en pâmoison, facile de s’y sentir à la maison.

 

La nuit, la vue du parc du Pharo, le regard tourné sur le port de Marseille, est à couper le souffle. Ne manquez pas une escapade en mer, pour revenir au soleil couchant, vos yeux vous en seront reconnaissants.

La Bonne Mère veille sur cette ville millénaire, un phare religieux, spirituel, éternel, dirigé vers les pèlerins et les marins. Elle veille vraiment sur eux, pauvres pécheurs, l’amour dans une main, le cœur dans l’autre, à la bonne place, comme une Bonne Mère.

Il suffit de faire la visite de la Basilique Notre-Dame-de-la-Garde pour voir les offrandes laissées au plafond de la grande voute par les pèlerins, maquettes de bateaux et autres présents démontrent toute la reconnaissance et le respect de ses âmes bienveillantes et respectueuses.

Et puis, à Marseille, la mer donne aussi ses spécialités aux gourmands de passage, comme la fameuse bouillabaisse, les pieds-paquets, le grand aïoli, les tomates provençales, la tapenade, la ratatouille, la soupe au pistou, les poissons grillés accompagnés de merveilleux rosés de Provence, le pastis à l’heure de l’apéro, la pompe à huile, les Panisses, les petites fritures, les petits farcis, les tians de légumes, les navettes à la fleur d’oranger...

Pour se loger, il y a du choix, des hôtels plus luxueux, comme le magistral Intercontinental, hôtel de grand standing aménagé à L'Hôtel-Dieu, un ancien hôpital, ou bien, le confortable et bien placé, directement sur le port, hôtel la Résidence.

Il y également de nombreuses petites auberges chaleureuses qui répondront à vos attentes. Accueil chantant de rigueur, un plus lorsqu’on est en vacances.

Je vous le dis, faire un voyage à Marseille, c’est s’offrir un moment de liberté, d’égalité et de fraternité.

J’espère bien ne pas avoir à attendre encore dix ans avant d’aller retrouver ma bien-aimée.

Les bonnes adresses 

* La Grande Savonnerie.

Un lieu parfait pour faire soi-même son fameux et véritable savon de Marseille.

Boutiques de spécialités et de cadeaux.

36 Grand Rue, 13002 Marseille, France

+33 9 50 63 80 35

* La maison de la boule

Pour tout savoir sur la pétanque, ses règles, ses particularités, pastis non inclus. http://www.maison-de-la-boule.com

Avion :

* Depuis le 9 juin dernier, Air Canada Rouge, offre, trois fois par semaine, un vol direct à Marseille, une bien belle idée. https://www.aircanada.com/fr/fr/aco/home/book/special-offers/marseille-montreal.html

Hôtels :

http://www.hotel-residence-marseille.com

http://marseille.intercontinental.com

Infos :

http://www.marseille-tourisme.com

http://tourismepaca.fr

http://ca.france.fr