/sports/racing
Navigation

Lucas di Grassi profite des malheurs de Sébastien Buemi pour renverser la vapeur

Coup d'oeil sur cet article

La Formule E a livré un message clair à ses détracteurs et à ceux qui ont choisi de bouder l’événement : vous avez manqué tout un spectacle !

Marquée par des batailles sans retenue et un dernier tour tout simplement époustouflant, cette première course dans les rues de Montréal, saluée par le parcours sans faute de Lucas di Grassi, a fait le bonheur des amateurs présents.

Le pilote brésilien, qui accusait avant la tenue de cette 11e étape du Championnat de FE un retard de 10 points derrière le meneur au classement, Sébastien Buemi, a su renverser la vapeur en profitant des malheurs de son adversaire classé d’abord au quatrième rang, avant d’être disqualifié quelques heures plus tard par les commissaires en raison d’une voiture illégale.

Les Français Jean-Éric Vergne et Stéphane Sarrazin, coéquipiers au sein de l’écurie Techeetah, ont accompagné le vainqueur sur le podium.

«Je crois que j’ai réussi ma meilleure course en Formule E en carrière, avec une récolte de 28 points. Le secret est simple, il faut rester calme et donner le meilleur de soi-même.»

Trois points boni

Di Grassi avait confirmé ses intentions quelques heures plus tôt en qualifications, en réalisant le meilleur chrono dans la «Super Pole», ce qui lui a valu de retrancher déjà trois points à l’avance de Buemi au tableau.

Di Grassi et Vergne ont animé le débat au dernier tour, comme l’ont aussi fait, derrière, Sarrazin et Buemi pour la troisième place.

Le Brésilien, membre de l’équipe ABT, est maintenant installé au sommet du tableau avec une priorité de 18 points devant Buemi dont la remontée lui aurait tout de même permis de limiter les dégâts avant cette décision des officiels.

Une victoire vaut 25 points.

Catastrophe aux essais libres

Le Suisse avait très mal entrepris son week-end en endommageant sa monoplace lors de la deuxième séance d’essais libres, en matinée.

Si ses mécaniciens ont travaillé d’arrache-pied pour réparer son bolide sérieusement amoché, Buemi a dû s’élancer de la 12e place après que les officiels l’eurent pénalisé de 10 positions sur la grille de départ en raison d’un changement de batterie inapproprié.

Mais ce tour de force de l’équipe Renault e.dam tournera finalement au cauchemar.

La deuxième voiture utilisée par Buemi, celle qui avait été accidentée le matin, ne respectait le poids minimum prescrit, de quatre kilos a-t-on appris en soirée.

Buemi s’est présenté à Montréal avec une avance de 10 points, voilà qu’il doit concéder 18 unités à son rival.

Vingt-neuf points étant à l’enjeu pour la deuxième course du week-end dimanche, la tâche s’annonce maintenant très difficile pour celui qui tente de défendre son titre acquis l’an dernier en FE.

Pas content

Avant même d’apprendre sa disqualification, Buemi n’avait pas caché sa frustration, à sa sortie de voiture à l’endroit de deux pilotes qu’il avait trouvés sur son passage pendant cette épreuve mouvementée.

Il est d’ailleurs allé à leur rencontre pour leur dire sa façon de penser.

«J’ai voulu m’expliquer, d’abord avec Robin Frijns, a relaté Buemi. Le but n’est pas de causer par exprès un accident dans le premier virage, mais il y en a qui prennent vraiment des risques inconsidérés.»

«Ça a plié la géométrie de la suspension avant. J’ai roulé toute la première partie de la course avec une roue tordue avant de rentrer pour changer de voiture.»

Une discussion en deux temps

Puis est survenue cette discussion en deux temps avec Daniel Abt dans la ligne des puits de ravitaillement.

L’Allemand, posté immédiatement devant lui à l’entrée, a semblé rouler très lentement pour freiner Buemi.

Rappelons qu’Abt est le coéquipier de... Di Grassi.

À la sortie, les rôles ont été inversés et Buemi, au ralenti, s’est fait percuter par Abt.

«Je n’ai pas levé le pied de façon intentionnelle, a répondu le Suisse. Quand on sort des puits, on n’a pas le droit de rouler plus vite que 50 km/h. Il a vraisemblablement oublié. Il a accéléré à fond puis il m’est rentré dedans.»

«Ils sont vraiment sales dans ce qu’ils font. On les connaît, ils sont comme ça depuis trois ans.»

De toute évidence, Abt a hérité du comportement de son père qui, avant d’être propriétaire de l’écurie, s’était lui aussi fait bon nombre d’ennemis sur les circuits quand il était pilote.

Sam Bird, cinquième à l’arrivée, a fait une bonne opération en se hissant à la troisième place au classement cumulatif.

Il se battra pour conserver cette position au final avec Felix Rosenqvist, malheureux neuvième samedi.

Si la manche ultime de la saison, qui aura lieu dimanche après-midi à Montréal, est à l’image de la première, elle saura encore une fois tenir les spectateurs en haleine.

On ne veut pas comparer la F1 à la FE, mais les deux championnats ont un point en commun : leurs courses ne sont jamais banales à Montréal.

Résultats du ePrix de Montréal 11e manche du Championnat de FE

1. Lucas di Grassi (BRÉ) ABT-Audi Sport 35 tours
2. Jean-Éric Vergne (FRA) Techeetah à 0,305s
3. Stéphane Sarrazin (FRA) Techeetah à 7,869s
4. Daniel Abt (ALL) ABT-Audi Sport à 8,592s
5. Sam Bird (G.-B.) DS Virgin à 8,913s
6. Nicolas Prost (FRA) Renault e.dams à 10,058s
7. Mitch Evans (N.-Z.) Jaguar à 10,457s
8. Robert Frijns (P.-B.) Andretti à 15,836s
9. Felix Rosenqvist (SUÈ) Mahindra à 16,764s
10. Tom Dillmann (FRA) Venturi à 19,320s
11. Jérôme d'Ambrosio (BEL) Dragon Racing à 20,229s
12. Maro Engel (ALL) Venturi à 22,314s
13. Nelson Piquet (BRÉ) NextEV à 23,145s
14. Antonio Felix Da Costa (POR) Andretti à 34,786s
15. Olivier Turvey (G.B.) NextEV à 46,996s
16. Adam Carroll (G.-B.) Jaguar à 49,612s
17. Loïc Duval (FRA) Dragon Racing à 8 tours
18. José Maria Lopez (ESP) DS Virgin à 11 tours
19. Nick Heidfeld (ALL) Mahindra à 21 tours
20. Sébastien Buemi (SUI) Renault e.dams disqualifié

Classement cumulatif des pilotes

1. Lucas di Grassi (BRÉ) ABT-Audi Sport 175 points
2. Sébastien Buemi (SUI) Renault e.dams 157
3. Sam Bird (G.-B.) DS Virgin 110
4. Felix Rosenqvist (SUÈ) Mahindra 107
5. Jean-Éric Vergne (FRA) Techeetah 92
6. Nicolas Prost (FRA) Renault e.dams 92
7. Nick Heidfeld (ALL) Mahindra 78
8. Daniel Abt (ALL) ABT-Audi Sport 59
9. José Maria Lopez (ESP) DS Virgin 50
10. Nelson Piquet (BRÉ) NextEV 33