/sports/racing
Navigation

Une Duvernay-Tardif aux JO ?

Une Duvernay-Tardif aux JO ?
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

MONT-SAINT-HILAIRE | Il n’y a pas que Laurent qui tire son épingle du jeu chez les Duvernay-Tardif, alors que sa sœur Marilou ne vise rien de moins qu’une participation aux Jeux olympiques en 2024.

À 18 ans, l’athlète native de Mont-Saint-Hilaire, en Montérégie, ne cesse d’en mettre plein la vue aux dirigeants de l’équipe nationale d’aviron, elle qui fait de la compétition depuis un an seulement.

À sa deuxième compétition en carrière, cette dernière a décroché une 4e position aux dernières qualifications nationales chez les moins de 23 ans afin de se qualifier aux Championnats mondiaux.

Elle est motivée plus que jamais d’atteindre son objectif de prendre part aux Jeux en 2024.

« Émotivement, j’ai eu des hauts et des bas, mais je reste concentrée sur mon objectif pour les Jeux olympiques de 2024.c C’est plus réaliste, mais on n’exclut rien pour le moment », a avoué celle qui participe aux Jeux du Canada, qui se tiennent du 28 juillet au 13 août à Winnipeg.

Motivée et disciplinée, Marilou est sûre de revenir au Québec avec deux médailles au cou.

« Je connais mes adversaires et je sais que nous pouvons le faire », a expliqué celle qui participera à l’épreuve individuelle et en équipe de deux avec sa coéquipière Anna Burnotte.

Son entraîneur depuis plus d’un an, Gavin McKay, est convaincu que sa protégée a tout ce qu’il faut pour accomplir de grandes choses.

« Marilou est une athlète spéciale. Le chemin pour les Jeux de 2024 promet d’être long et demandant, il faudra qu’elle continue de travailler fort et d’être disciplinée, a ajouté Gavin McKay. Il est important de se fixer de gros objectifs, c’est ce qui te fait avancer. »

La force mentale

Son grand frère, Laurent Duvernay-

Tardif, apprend du parcours de sa petite sœur Marilou.

« Sa plus grande force, c’est son mental, elle est capable de se mettre dans une bulle quand vient le temps de la course, ce qui est très important pour un athlète », a ajouté le porte-couleurs des Chiefs.

«On se nourrit mutuellement de nos expériences dans la famille, ça nous fait grandir chacun. »

Outre son grand frère, Marilou peut compter également sur sa sœur Delphine et sur le support de ses parents.

« Elle s’entraînait l’été dernier déjà à Knowlton, mais elle a décidé là de changer de cégep en allant à Granby pour pouvoir concilier les deux, c’est ce qu’elle voulait », a renchéri sa mère, Guylaine Duvernay.