/sports/fighting
Navigation

«J’ai seulement misé sur un combat»

Le président de Top Rank ne confirme aucune discussion avec le clan Beterbiev

Le président de Top Rank Todd duBoef n’a pas voulu confirmer qu’il avait eu des pourparlers avec le clan Beterbiev avant de déposer une enveloppe de 315 000 $ pour gagner l’appel d’offres, la semaine dernière, pour le choc éliminatoire IBF des mi-lourds entre le Québécois d’adoption Artur Beterbiev et l’Allemand Enrico Koelling.
Photo d’archives, Agence QMI Le président de Top Rank Todd duBoef n’a pas voulu confirmer qu’il avait eu des pourparlers avec le clan Beterbiev avant de déposer une enveloppe de 315 000 $ pour gagner l’appel d’offres, la semaine dernière, pour le choc éliminatoire IBF des mi-lourds entre le Québécois d’adoption Artur Beterbiev et l’Allemand Enrico Koelling.

Coup d'oeil sur cet article

Même si tout indique qu’Artur Beterbiev poursuivra sa carrière sous sa bannière, le président de Top Rank, Todd duBoef, continue de bien cacher son jeu. Du moins pour le moment.

Joint à son bureau de Los Angeles par le Journal de Montréal, le bras droit de Bob Arum a été catégorique à propos des raisons qui ont poussé sa compagnie à déposer une enveloppe lors de l’appel d’offres pour le choc éliminatoire IBF des mi-lourds entre Beterbiev (11-0, 11 K.-O.) et l’Allemand Enrico Koelling (23-1, 6 K.-O.).

« On a simplement senti que nous avions l’opportunité de mettre la main sur les droits d’un bon combat qui mérite d’être présenté devant les caméras d’ESPN, a souligné Todd duBoef. En plus, nous l’avons obtenu à un prix intéressant (315 000 $).

« Pour ce qui est d’Artur Beterbiev, c’est un boxeur très excitant et qui a de très belles habiletés dans le ring. Son style est parfait pour la télévision. »

Pourquoi, alors, Top Rank n’a-t-il pas participé à l’appel d’offres de février dernier quand Beterbiev devait croiser le fer avec le Cubain Sullivan Barrera et qui avait été remporté avec un montant inférieur (251 000 $) ? DuBoef avait une réponse toute prête pour l’auteur de ces lignes.

« Tout est une question de timing, a-t-il indiqué. Cette fois, c’était le bon. Pour ce qui est de l’appel d’offres du duel Beterbiev-Barrera, nous n’avions pas encore notre partenariat avec le réseau ESPN en poche. »

Le président de Top Rank Todd duBoef
Photo Courtoisie Top Rank
Le président de Top Rank Todd duBoef

 

Pas de discussions

DuBoef est tombé rapidement sur la défensive lorsqu’on l’a interrogé sur l’avenir de Beterbiev avec sa compagnie.

« Je ne suis pas au courant de tous les détails de ce qui se passe entre lui et son promoteur, Yvon Michel, donc je ne peux pas vraiment commenter », a souligné le président de Top Rank.

L’homme d’affaires n’a pas voulu confirmer qu’il avait eu des pourparlers avec le clan Beterbiev avant de déposer une enveloppe de 315 000 $ pour gagner l’appel d’offres la semaine dernière. Par contre, on peut se douter qu’il y a eu des contacts entre les deux parties pour le combat éliminatoire IBF, mais aussi pour la suite de la carrière du Montréalais d’adoption.

« Il ne faut pas tenter de me mettre des mots dans la bouche au sujet de l’avenir de Beterbiev. J’ai seulement misé sur le combat et rien d’autre », a précisé duBoef sur un ton agacé.

L’Américain est prudent et il faut le comprendre. S’il avouait qu’il avait discuté avec le clan Beterbiev, il pourrait être accusé de maraudage, car les droits de Beterbiev appartiennent toujours à GYM.

Un modèle de succès

Au cours des dernières décennies, Top Rank a bâti plusieurs grandes vedettes de la boxe, comme Mohammed Ali, Floyd Mayweather, Manny Pacquiao, Terrence Crawford et Vasyl Lomachenko.

Quelle est la recette du succès de Bob Arum et de son groupe ?

« Je crois avant tout que c’est un travail d’équipe, a souligné Todd duBoef. Nous investissons afin d’encadrer nos athlètes le mieux possible.

« On se débrouille bien dans la façon de bâtir le bon modèle d’affaires pour chacun d’eux. Nous n’en avons pas un qu’on applique à tout le monde. »

Voilà qui est intéressant.

Et on peut penser que les dirigeants de Top Rank sont déjà en train de plancher sur celui de Beterbiev, qui a tous les outils pour devenir une grande vedette de la boxe.