/news/society
Navigation

Des autobus et des lits de camp au Stade olympique

Coup d'oeil sur cet article

De nombreuses familles, souvent avec de jeunes enfants, sont arrivées par autobus, mercredi, pour s’installer au Stade olympique, transformé en refuge pour les migrants illégaux venus des États-Unis.

Cette soixante de personnes, qui semblaient en majorité d’origine haïtienne, sont arrivés avec leur valise après avoir fui les politiques américaines de Donald Trump.

Environ 150 lits ont été installés dans le hall ouest du stade – où se trouve habituellement les concessions pour acheter hot-dogs et boissons lors des événements – pour pallier le manque d’hébergement dans les ressources habituelles.

 

Il était impossible de savoir, mercredi, si tous ces lits seraient occupés avant la fin de la journée.

Sur place, des employés du CIUSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal ainsi que des bénévoles de la Croix-Rouge ont pris en charge les arrivants.

Il y avait également de la nourriture et des douches à leur disposition.

« En 25 ans de pratique, je n’ai jamais vu ça, commente l’avocat spécialisé dans les questions d’immigration Stéphane Handfield. Ce n’est clairement pas l’idéal pour les familles, mais il vaut mieux ça que de laisser ces gens sous les ponts. »

Les demandeurs d’asile pourraient rester sur place environ un mois jusqu’à ce qu’ils reçoivent leurs premiers chèques d’assurance sociale.

L’organisme Jeunesse au Soleil indique de son côté avoir fourni aux réfugiés 2500 billets de transports en commun et 200 coupons donnant droit à un repas chez McDonald’s d’une valeur de 15 $.

- Avec TVA Nouvelles