/news/consumer
Navigation

Crottes de souris par centaines

La boulangerie-pâtisserie était infestée d’excréments en 2016 en plus d’être malpropre

Coup d'oeil sur cet article

Les crottes de souris étaient si nombreuses dans la boulangerie Vianou de Parc-Extension qu’il y en avait de tous les âges : des fraîches et luisantes comme des vieilles et grises.

« Une boîte en carton renfermant du gras végétal ainsi que son sac avaient été rongés et le carton déchiqueté se retrouvait mêlé à des excréments », ont noté les inspectrices lors de leur visite de mai 2016.

La boulangerie-pâtisserie Vianou, située au 7110, rue Alexandra à Montréal, a écopé de 2500 $ en juin dernier pour des manquements observés en 2016.

Par centaines

Les inspectrices ont pu y compter des crottes de souris par centaines. « Des centaines d’excréments noirs et luisants et d’autres plus grisâtres se retrouvaient entre [des] emballages alimentaires, parmi des résidus alimentaires », ont-elles écrit dans leur rapport de mai 2016.

Sur le plancher et le rebord des murs, « il y avait une centaine d’excréments de souris mélangés à de la poussière et des saletés diverses », peut-on lire.

« Des excréments de souris se trouvaient sur la base du malaxeur ». D’autres se trouvaient parmi des casseroles et une chaudière d’aliments.

« Quatre vieux excréments séchés de souris [se trouvaient] sur un bac bleu poussiéreux et quelques vieux excréments se trouvaient également sur une boîte de carton ».

Elles ont également remarqué la « malpropreté générale des lieux ».

De la farine était « encroûtée » sur des fils d’équipement. De la moisissure, des croûtes graisseuses et de la saleté étaient incrustées sur les laminoirs.

Mensonge

« Forte odeur qui se dégage des toilettes des employés et des étuveuses. [...] Film grisâtre qui tapisse les murs et le plafond de la chambre froide. Fils d’araignée qui pendent à plusieurs endroits au plafond », énumèrent-elles.

En outre, les rapports révèlent que le travail des inspectrices a été « entravé » lors de cette visite.

Au téléphone, la propriétaire, Ivianna Valentin-Gabriel, leur a dit que le commerce n’était pas en fonction et qu’il n’y avait pas d’employés sur place.

Or, par la porte donnant sur une ruelle, une inspectrice a pu voir trois employés en train de cuisiner.

Rénovations

La propriétaire assure que tous les problèmes sont maintenant réglés. Elle explique que la présence des souris était causée par une poutre cassée dans la structure du bâtiment.

« C’était très difficile à régler, jusqu’à ce qu’on arrive à voir d’où venait le problème. [...] On a fait de grandes rénovations. »

« On a tout refait : la cave, le sous-sol, les planchers », indique-t-elle. « Tout est beau, tout est arrangé. Il ne reste plus rien à faire. »

Il faut attendre plusieurs mois après une infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence. Les détails de ces jugements ont été obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

 

Extraits du rapport

« Excréments de souris sur la base du malaxeur » – Les inspectrices

  • Infestation de souris
  • Malpropreté des lieux

 

Carte interactive