/lifestyle/books
Navigation

Imagine que je sois parti

Imagine que je 
sois parti
Adam Haslett
Aux Éditions Gallimard, 
448 pages
Photo courtoisie Imagine que je sois parti Adam Haslett Aux Éditions Gallimard, 448 pages

Coup d'oeil sur cet article

Un brillant roman qui, l’an dernier, a notamment attiré l’attention du jury du National Book Award.

John et Margaret se rencontreront à Londres, au tout début des années 1960. Et malgré leurs différences culturelles assez marquées – il est britannique, elle est américaine –, ils finiront par tomber éperdument amoureux l’un de l’autre et par célébrer leurs fiançailles. Mais quelques mois avant d’officialiser leur union devant témoins, le comportement de John changera du tout au tout, comme si quelqu’un d’autre avait pris possession de son corps. À tel point qu’il faudra l’hospitaliser d’urgence dans un service psychiatrique, ce genre d’épisode de profond abattement s’étant déjà produit alors qu’il n’était encore qu’un jeune étudiant...

Les connaissances médicales de l’époque n’ayant rien à voir avec celles d’aujourd’hui, Margaret épousera donc John sans savoir que les affres de la dépression peuvent être héréditaires et, de ce fait, s’incruster dans les gènes de l’un de leurs enfants. Car si Celia et Alec n’en seront jamais affectés, ça ne sera pas le cas de Michael, leur fils aîné : aussi drôle soit-il, l’humour lui permettant de jeter un regard beaucoup moins noir sur la vie, il commencera en effet très tôt à souffrir du même mal que son père. Un mal insidieux qui, au fil des ans, obligera ses proches à déployer des trésors d’imagination et à se serrer les coudes afin d’empêcher le pire, Michael ayant également hérité des tendances suicidaires de John.

Très loin d’être déprimant, ce roman étonnamment addictif parle surtout de ce qui peut unir une ­famille lorsque le spectre de la ­dépression en hante le quotidien.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

La tresse

Laetitia Colombani 
Aux Éditions Grasset, 
224 pages
Photo courtoisie
Laetitia Colombani Aux Éditions Grasset, 224 pages

 

Faisant partie des best-sellers de l’été (surtout en France, où on ne parle que de ce bouquin !), La tresse entrelace habilement l’histoire de trois femmes : celle de Smita, une jeune Dalit contrainte de vider les toilettes d’un village reculé de l’Inde, celle de Giulia, qui ne sait plus à quel saint se vouer pour sauver l’entreprise familiale, et celle de Sarah, une avocate montréalaise aux prises avec le cancer. À la fois délicieux et touchant.

Modern Lovers

Emma Straub 
Aux Éditions Presses 
de la Cité, 416 pages
Photo courtoisie
Emma Straub Aux Éditions Presses de la Cité, 416 pages

 

Le roman idéal pour terminer la saison estivale sur une touche frivole ! Alors que la plupart des New-Yorkais ont déserté la ville afin d’échapper à ses vapeurs étouffantes, Andrew et Elizabeth seront appelés à revivre les années les plus torrides de leur jeunesse lorsqu’un producteur s’intéressera à leur passé de rockers. Une comédie légère et sympathique.

Famille futée 3

Geneviève O’Gleman 
et Alexandra Diaz 
Aux Éditions de 
l’Homme, 416 pages
Photo courtoisie
Geneviève O’Gleman et Alexandra Diaz Aux Éditions de l’Homme, 416 pages

 

Préparer de bons petits plats coûtant moins de 5 $ par portion, c’est quand même toute une gageure. Mais une fois de plus, le tandem Geneviève O’Gleman et Alexandra Diaz a su relever le défi en proposant 150 recettes qui, en plus d’être économiques, sont vraiment faciles à réaliser (difficile de trouver plus simple que leur rôti de palette à la mijoteuse, leur couscous au poulet ou leur tarte choco-amandes sans cuisson !).

Devenir grands-parents pour les nuls

Collectif 
Aux Éditions First, 
224 pages
Photo courtoisie
Collectif Aux Éditions First, 224 pages

 

 

Chaque bébé venant au monde sans mode d’emploi, et le rôle de grand-parent pouvant parfois être assez ingrat, ce guide spécialement conçu à l’intention des nouveaux papis et ­mamies ­permettra d’éviter quantité ­d’embûches. À lire avant l’arrivée d’un petit Léo ou d’une petite Emma.

FRISSONS GARANTIS

Les sœurs ennemies
Jonathan Kellerman
Aux Éditions du Seuil, 
352 pages
Photo courtoisie
Les sœurs ennemies Jonathan Kellerman Aux Éditions du Seuil, 352 pages

 

Rares sont les séries qui comptent autant de tomes que celle du psychologue Alex Delaware. Dans ce 29e opus, l’écrivain américain Jonathan Kellerman – qui est également psychologue de métier – a ainsi eu l’excellente idée de revenir sur le parcours professionnel de son héros fétiche afin de nous rappeler comment ce dernier a commencé à aider la police de L. A. à titre d’expert judiciaire. Un boulot qui, cette fois-ci, l’obligera à émettre un avis impartial lorsque deux sœurs se disputeront la garde d’une gamine de 15 mois. Car aussi riche soit-elle, la pathologiste Constance Sykes n’a jamais pu s’offrir le luxe de batifoler et de tomber enceinte.

Après avoir consacré l’essentiel de sa vie à faire fructifier un laboratoire spécialisé dans le dépistage de maladies inusitées, Connie a en effet traîné sa sœur cadette devant les tribunaux, Cheri étant selon elle incapable d’assumer convenablement les besoins de la petite Rambla. Et comme elle a amplement les moyens de soudoyer à peu près n’importe qui, elle ne reculera devant rien pour assurer l’avenir de sa nièce... jusqu’à ce que quelqu’un en décide autrement en l’étranglant.

Une intrigue habilement construite qui, à défaut d’être ­géniale, nous a procuré un bon ­moment de lecture.