/lifestyle/books
Navigation

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

En plus de faire partie des collaborateurs réguliers du Journal de Montréal, l’animateur Gilles Proulx est aussi un très fervent lecteur. On a donc renversé les rôles en l’interviewant.

Vous dévorez au moins un livre par semaine. Vous avez toujours lu autant?

Ma rage de lecture a commencé vers l’âge de 25 ans. Avant ça, je lisais des choses distrayantes en rapport avec la télévision et la radio... et puis je me suis aperçu qu’il fallait avoir des idées sur la société en général pour travailler dans la branche que j’avais choisie. Au fil du temps, les livres m’ont ainsi apporté une culture extraordinaire. Après le chien, le livre est vraiment le meilleur compagnon de l’homme !

D’une semaine à l’autre, comment choisissez-vous les livres que vous allez lire?

Parfois, je vais me laisser guider par un article de journal. Mais règle générale, je me promène dans les librairies et je surveille les nouveautés, qui arrivent le jeudi. Il y en a près de 2500 par année, ce qui veut dire que je bouquine pas mal ! Ceci étant, le fait de ne pas être très friand de romans me simplifie un peu la tâche !

Si vous n’aimez pas trop les romans, quelles sont vos lectures de prédilection?

J’ai surtout un faible pour la politique, pour l’aventure et pour les personnages marquants de l’Histoire, dont Napoléon Bonaparte. Quand j’étais jeune, je suis allé en Europe et j’ai appris qu’il avait eu l’audace de quitter Paris pour envahir le Portugal. J’ai ensuite été au Caire, et le guide qui m’accompagnait m’a appris que le nez du sphinx n’avait finalement pas été cassé par les soldats de Bonaparte. Ça a été le comble lorsque je me suis rendu à Moscou et que, là aussi, j’ai entendu parler de lui. Je n’en revenais pas de la témérité de cet homme et je suis devenu l’un des gars les plus ferrés en histoire napoléonienne. Max Gallo, Ben Weider... Nommez-les, je les ai tous lus ! Mais je vais également privilégier les livres qui parlent de l’histoire de la Deuxième Guerre, de la Nouvelle-France et des États-Unis.

Au cours de ces dernières années, un roman a-t-il néanmoins réussi à attirer votre attention?

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx
Photo courtoisie

Quand je suis tombé sur Le roman de Julie Papineau, de Micheline Lachance, j’ai plongé dedans avec le regret infini d’avoir négligé cette consœur-là, car elle a une culture incroyable. C’est un livre qui date et que j’aurais dû lire bien avant, parce qu’il m’a permis de connaître tous les dédales de la rébellion.

Y a-t-il des livres que vous avez lus plus d’une fois dans votre vie?

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx
Photo courtoisie

 

Oui, quelques-uns, comme les Mémoires de guerre de Charles de Gaulle et Benigno dernier compagnon du Che de Dariel Alarçon Ramirez. J’aime aussi relire La France et le Nouveau Monde de Pierre Salinger, qui a entre autres été l’attaché de presse de Kennedy, ce livre aidant à mieux comprendre l’histoire des États-Unis.

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx
Photo courtoisie

Vous qui, dans le cadre de votre métier, avez été amené à parler à des centaines de personnalités, quel auteur auriez-vous vraiment aimé interviewer toutes époques confondues?

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx
Photo courtoisie

Charles de Gaulle, mais vous allez me dire que c’est un chef d’État, pas un écrivain ! J’opterais donc pour Balzac, même si c’est un romancier qui n’intéresse plus les jeunes. Aujourd’hui, lorsqu’il ne se passe pas mille et une choses en moins de 40 pages, ils décrochent presque automatiquement. Ce qui est fort dommage, parce qu’aussi lents et descriptifs soient-ils, les romans de Balzac figurent parmi les plus beaux. Il suffit de lire Le père Goriot ou Le colonel Chabert pour en avoir une meilleure idée.

Les meilleurs compagnons de Gilles Proulx
Photo courtoisie

Et quelle question auriez-vous surtout tenu à lui poser?

Hum... Il y en a plusieurs qui me viennent spontanément à l’esprit, mais je pense que ça aurait été « Est-ce que l’écriture vous a apporté le bonheur? ».