/24m/city
Navigation

300 migrants attendus dans un centre d'Ahuntsic-Cartierville

L’ancien édifice des Sœurs de la Providence d'Ahuntsic-Cartierville est la propriété de la Ville de Montréal depuis 2016.
Laurence Houde-Roy / 24HEURES L’ancien édifice des Sœurs de la Providence d'Ahuntsic-Cartierville est la propriété de la Ville de Montréal depuis 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Près de 300 migrants haïtiens étaient attendus dimanche, en soirée, dans l’ancien édifice des Sœurs de la Providence d'Ahuntsic-Cartierville, un nouveau centre d’hébergement pour les demandeurs d’asile en attente de leurs papiers d’accueil.

Tout comme au stade olympique qui a ouvert ses portes à plusieurs centaines de migrants depuis la semaine dernière, les familles de réfugiés auront droit à un lit avec literie, un accès à une douche et trois repas par jour.

Le CIUSS du centre-ouest, qui a pour mission d’assurer l’accueil et l’hébergement des migrants qui arrivent par centaines quotidiennement à Montréal, précise que ce nouveau centre à Ahuntsic-Cartierville pourrait même offrir jusqu’à 450 lits si la demande se fait sentir.

«Les gens rentrent plus vite qu’ils ne sortent, précise Francine Dupuis, directrice générale du CIUSS centre-ouest. Depuis juillet, la demande est plus corsée. Normalement, les migrants restent quelques semaines, mais on commence à sentir qu’ils pourraient rester plus d’un mois, car les fonctionnaires provinciaux peinent à répondre à la demande et à leur fournir leurs papiers rapidement.»

Le CIUSS collabore notamment avec la Croix-Rouge et le WMCA de Montréal.

Vague d'Haïtiens

Depuis le mois d’avril, ces vagues de migrants qui se retrouvent à Montréal en provenance des États-Unis ou d’Amérique latine contiennent une forte concentration d’Haïtiens.

«Il y a un peu un vent de panique, je ne sais pas pourquoi, avoue elle-même Marjorie Villefranche, directrice de la Maison d’Haïti à Montréal. Il suffit que quelques personnes se fassent expulser pour que le bruit commence à courir dans toute la communauté que leur permis ne sera pas renouvelé. Alors ils panique et cherchent à trouvent mieux ailleurs.»

La Maison d’Haïti a aidé entre 150 et 200 familles de migrants haïtiens depuis le mois d’avril à remplir leurs papiers administratifs et à se trouver un logement.

«La communauté doit comprendre que pour l’instant, il n’y a pas d’urgence. Il faut garder la tête froide et bien cibler leurs besoins par la suite, soit de se trouver un appartement, principalement», précise Mme Villefranche.