/entertainment/tv
Navigation

Embrassée contre son gré, une journaliste obtient des excuses

journaliste embrassée
Photo Facebook

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La journaliste de Radio-Canada Valerie-Micaela Bain, qui avait été embrassée contre son gré par un homme alors qu’elle offrait un compte-rendu en direct de la première journée du festival Osheaga vendredi dernier, a obtenu des excuses.

Alors qu’elle venait d’amorcer son intervention devant la caméra, l’homme s’était approché et avait donné un bec à la journaliste sur la joue. Cette dernière l’avait repoussé avec son bras, avant de poursuivre son reportage sans broncher.

Mme Bain avait toutefois réagi plus tard dans une longue publication. «Tu ne m'embrasserais pas si tu me croisais dans la rue, ce n'est pas soudainement acceptable parce que je suis une femme devant une caméra en direct à la télé», avait souligné la journaliste, en invitant les internautes à identifier l’individu.

Dans une publication sur sa page Facebook lundi, la journaliste a expliqué avoir reçu une lettre d’excuses, dans laquelle l’auteur du geste fait étalage de ses remords.

«Je voudrais trouver les mots justes pour exprimer le regret et le sentiment de honte qui m’habitent à la suite des évènements d’hier. Je vous ai manqué de respect personnellement, en m’imposant sur vous devant votre public», a reconnu celui qui se décrit comme un «père de deux enfants».

«Je comprends que mon intervention a contribué à banaliser les comportements d’abus sexuel. Toutefois, je puis vous assurer qu’il n’en était nullement mon intention», a-t-il ajouté.

Tout en rappelant qu’elle aurait pu porter plainte à la police, Valerie-Micaela Bain a jugé que la lettre d’excuses vient clore l’incident. «Cette démarche est très personnelle. J'ai dénoncé le geste inapproprié sur les réseaux sociaux, je ne ressens pas le besoin d'aller plus loin», a-t-elle écrit.