/entertainment/stage
Navigation

Une pièce qui va droit au cœur

La comédie Sylvia offre une nouvelle saveur rafraîchissante

Sylvia
Photo Courtoisie Claude Prégent, Marcel Leboeuf, Sonia Cordeau et Pierrette Robitaille jouent dans la pièce Sylvia.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Le rire et l’émotion sont au rendez-vous avec la comédie sentimentale Sylvia, qui séduit le public grâce à son histoire d’amour entre un baby-boomer... et sa nouvelle chienne.

Après avoir séduit Broadway, la pièce Sylvia est le succès de l’été à Drummondville. Cette pièce promet bien sûr des éclats de rire, mais aussi des moments plus tristes.

« J’adore jouer cette pièce. C’est rare qu’on va offrir, l’été, une comédie sentimentale. C’est une pièce dans laquelle il y a aussi de l’émotion », exprime Marcel Leboeuf, un des nombreux artistes de talent de cette pièce.

Amour inconditionnel

Grégory (Marcel Leboeuf), un baby-boomer, a le coup de foudre pour Sylvia, une chienne abandonnée dans un parc.

« À ma job, ça ne va pas très bien et cette chienne-là, c’est comme une bouffée d’air frais », raconte Marcel Leboeuf.

Or, sa nouvelle conquête n’a pas le même effet auprès de sa femme, interprétée par Pierrette Robitaille. Pour elle, il est hors de question de garder l’animal à la maison.

Maintenant que les enfants ont quitté pour l’université, cette maman rêve de profiter de la vie à deux... mais voilà que Sylvia menace de prendre sa place dans le couple. Qui l’emportera ?

Amour inconditionnel

Sylvia, la chienne vedette de cette pièce, est personnifiée par Sonia Cordeau. Grâce à sa présence rafraîchissante sur scène, elle tient en laisse les spectateurs qui se laissent bercer par son humour et sa vitalité.

Sylvia incarne cet amour inconditionnel que les humains vouent aux animaux. Ce thème rassembleur touche le cœur des gens.

« Un chien, ça ne juge pas de ta couleur, de ton état d’âme. Que tu sois gros, maigre, beau, laid... ça t’aime », illustre M. Leboeuf.

Sous le charme

Bon nombre d’artistes renommés du Québec étaient visiblement sous le charme après avoir vu cette pièce.

« C’est de la poésie », a commenté Pauline Martin.

La réception du grand public est également excellente, autant chez les hommes que les femmes.

Marcel Leboeuf salue l’audace du producteur, André Robitaille, qu’il a découvert à ses débuts lorsqu’il était propriétaire du Théâtre des Grands Chênes, à Kingsey Falls.

« Quand j’avais mon théâtre d’été, on n’osait pas aller là. On est rendu à faire des pièces comme Sylvia au Québec », conclut-il avec fierté.

♦ Sylvia est présentée à la Maison des arts Desjardins de Drummondville les jeudis, vendredis et samedis jusqu’au 26 août.