/sports/opinion/columnists
Navigation

Surprise en Haute Mauricie

Domaine desmarais
Photo Julien Cabana Simon Duchaine (à gauche et le propriétaire Yannick Desmarais (à droite) ont pu compter sur les conseils du guide Jonathan Cormier (debout) pour capturer ces belles mouchetées trophées.

Coup d'oeil sur cet article

LAC VIGNEROD | Même après toutes ces années à parcourir le Québec, il m’arrive parfois de découvrir des pourvoiries qui sortent de l’ordinaire et dont je ne soupçonnais même pas l’existence. La pourvoirie Domaine Desmarais en Haute Mauricie en est un bel exemple.

Rencontré au salon de mai dernier à Québec, le propriétaire, Yannick Desmarais, m’avait convaincu d’aller le visiter cet été, en me prédisant que je serais très agréablement surpris. Il ne croyait pas si bien dire. « Lorsque j’ai pris possession de la pourvoirie, j’ai décidé de tout refaire afin de mettre à niveau les équipements et les bâtiments pour qu’ils répondent aux normes du marché d’aujourd’hui, indique-t-il. Je crois que nous avons réussi à relever le défi et j’en suis très fier. » La pourvoirie, à droits exclusifs, compte 32 lacs répartis sur un territoire de 107 kilomètres carrés.

Lorsque vous arrivez sur le site, en haut de la dernière montée, vous avez le souffle coupé. On y retrouve un ensemble de six chalets disposés sur une pointe donnant accès au lac principal, le Vignerod, où il est possible de pêcher la truite grise et profiter de la plage et des équipements de jeux d’eau, kayak et autres.

UN PEU D’HISTOIRE

Cette pourvoirie existait depuis de nombreuses années. Elle était connue sous le nom de la Pourvoirie Le Vignerod. Les plus anciens comme moi se souviendront de la présence de cette organisation dans les salons de chasse et pêche.

Avant d’être une pourvoirie, elle avait déjà une histoire. À l’époque des clubs privés de chasse et pêche elle portait le nom de club numéro 9.

« C’était le club privé de nul autre que du célèbre numéro 9 du Canadien de Montréal, Maurice Richard, affirme Desmarais. Il avait son chalet au lac Sickle, qu’il surnommait son écurie, tellement à l’époque il y avait des orignaux. Il existe les restes d’un vieux camp où plusieurs anciens joueurs du Canadien se sont rendus chasser et pêcher avec monsieur Richard. »

En plus du site principal où les chalets ont tous été rénovés, il y a aussi huit autres chalets qui sont sur des sites isolés. Ils ont tous subi la même médecine. N’importe où vous vous trouvez sur la pourvoirie, les chalets ont été refaits à neuf, entièrement équipés à l’énergie solaire, ce qui est très rare pour une pourvoirie. La qualité de vie y est assez exceptionnelle. On se sent vraiment bien durant un séjour à cette pourvoirie.

LA PÊCHE

Il y a deux espèces vedettes sur la pourvoirie. Dans le grand lac, devant le site principal, la truite grise est à l’honneur avec de très beaux spécimens. Si vous n’avez pas la patience de la taquiner durant la journée, pendant la dernière heure de clarté elle devient très active. Les poissons-nageurs sont alors à l’honneur dans les couleurs se rapprochant le plus possible du cisco de lac ou de l’éperlan de lac, les deux poissons-fourrage favoris de la truite grise.

Pour la truite mouchetée, vous avez le choix de différents lacs où on retrouve des spécimens dont la taille peut varier entre 12 pouces et 24 pouces. Certains spécimens peuvent atteindre deux ou trois livres. Pour les déjouer, j’ai utilisé des streamers imitation de sangsue que je laissais traîner à l’arrière de la chaloupe avec une soie calante. Ceux qui pêchaient à la cuillère ont connu du succès avec la Lake Clear de couleur arc-en-ciel et la Toronto Wobbler argent et bleue de 2 ½ pouces. Sur les lacs à trophée, le guide est obligatoire.

Ce territoire de pêche unique est facilement accessible via la route 155. Passé Shawinigan, vous devez emprunter le pont de la Rivière-aux-Rats, au kilomètre 86. En suivant les indications sur la route forestière 125, vous allez rejoindre facilement la pourvoirie. Tout est accessible en automobile sur le territoire.

Pour tout savoir sur les coûts et les conditions de réservation, vous pouvez rejoindre les gens de la pourvoirie au 819 840-3686 en saison. Vous pouvez aussi envoyer une demande d’informations au info@domainedesmarais.com ou encore visiter le site www.pourvoiriedomainedesmarais.com.

PLUSIEURS FORFAITS

En plus des forfaits réguliers de pêche, la pourvoirie Domaine Desmarais offre aussi des forfaits vacances-famille, de la pêche aventure et des forfaits de chasse de l’orignal, de l’ours et du petit gibier. Les amateurs de quad peuvent aussi compter sur un forfait spécialement conçu pour eux. Si vous aimez les défis, il est aussi possible de pêcher le brochet et le doré sur la rivière qui marque la limite de la pourvoirie. La pêche s’y fait à gué, dans les différentes fosses de la rivière.

BAR RAYÉ, URGENCE D’AGIR

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs demande au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs de poser des gestes concrets rapidement afin d’enrayer les problèmes que pourrait causer la présence du bar rayé dans les rivières à saumon, entre autres. Le MFFP a bien annoncé qu’il y aurait des travaux de documentation sur certaines rivières sauf que, pour la FEDECP, la meilleure solution serait d’ouvrir la pêche du bar rayé dans le Saint-Laurent et dans les rivières à saumon. La Fédération rappelle au Ministère que la présence abondante de l’espèce est prouvée avec toutes les observations qui ont été réalisées au fil des ans.

TOUT UN SUCCÈS

Disparu du Saint-Laurent aux environs de 1965, le bar rayé était une espèce très appréciée des amateurs de pêche sportive. En juin 2001, la FEDECP présentait au gouvernement un projet de réintroduction de l’espèce, l’Opération Renaissance. En 2002, les premiers ensemencements ont eu lieu. Les experts avaient évalué qu’il faudrait 10 ans avant que la pêche ne soit possible. Il faut dire que, 15 ans plus tard, l’espèce leur donne pleinement raison. Depuis que la pêche au bar rayé est ouverte en Gaspésie, les retombées économiques sont très importantes pour la région, une situation qui pourrait se répéter ailleurs dans les municipalités du corridor du fleuve.