/news/green
Navigation

La Colombie-Britannique veut mettre des bâtons dans les roues de Trans Mountain

La Colombie-Britannique veut mettre des bâtons dans les roues de Trans Mountain
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIA , C.-B. – Le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique n’a pas l’intention de rendre la vie facile à l’entreprise américaine Kinder Morgan, qui projette un agrandissement majeur de son réseau d’oléoducs Trans Mountain.

Évalué à 6,8 milliards $, le projet, qui doit permettre d’acheminer environ 900 000 barils de pétrole par jour de l’Alberta au port de Burnaby, en banlieue de Vancouver, avait été approuvé par le précédent gouvernement libéral de la province.

Or, les néo-démocrates et le Parti vert, qui ont formé une coalition pour prendre le pouvoir dans la province au début de l'été, s’opposent au projet. «Notre gouvernement a clairement indiqué qu’une multiplication par sept du nombre de pétroliers dans le port de Vancouver n’est pas dans les intérêts de la Colombie-Britannique, ni pour notre économie, notre environnement ou des milliers d’emplois existants», a dit le ministre de l’Environnement et des Changements climatiques, George Heyman, dans un communiqué.

«Nous allons utiliser tous les outils à notre disposition pour protéger nos côtes et le futur de notre province», a-t-il ajouté.

Notamment, le gouvernement compte se joindre à différents recours déjà déposés devant les tribunaux par des groupes et communautés qui s’opposent au projet d’oléoducs.

Sans affirmer qu’il souhaite interdire la mise en branle du projet, le gouvernement a l’intention d’imposer les plus hauts standards de protection de l’environnement et de consultation des autochtones.

Kinder Morgan a réagi à la position britanno-colombienne en faisant valoir que le projet a subi «un niveau sans précédent d’analyse et de révision», notamment en se voyant imposer 157 conditions par l’Office national de l’énergie.

«Nous sommes déterminés à travailler avec la province et les autorités pour obtenir les permis et autorisations nécessaires», a assuré le président de Kinder Morgan Canada, Ian Anderson, dans un communiqué.

L’entreprise est prête à rencontrer le gouvernement provincial pour répondre à ses inquiétudes.

Les travaux d’expansion de Trans Mountain doivent s’amorcer dès septembre avec l’aménagement de dépôts de matériel le long du tracé prévu. Des travaux d’agrandissement du port pétrolier devraient également être entrepris au même moment.