/news/politics
Navigation

«Controverse complètement fabriquée», selon Lisée

Il accuse Couillard d’alimenter «le procès en racisme»

Jean Francois Lisee
Photo d'archives Simon Clark Le chef péquiste, Jean-François Lisée, ne perçoit aucune forme de racisme dans le fait que quatre jeunes Noirs aient été choisis pour pousser un char allégorique lors du défilé de la fête nationale, le 24 juin dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée accuse le premier ministre Philippe Couillard d’avoir alimenté « le procès en racisme des Québécois » qui a suivi le controversé défilé de la fête nationale, à Montréal.

Sorti de sa retraite estivale, le chef péquiste est revenu sur l’incident pour la première fois en entrevue avec notre Bureau parlementaire, mercredi, et dans un billet de blogue qu’il a publié par la suite.

Contrairement aux internautes qui y ont vu un rappel de l’esclavagisme, Jean-François Lisée ne perçoit aucune forme de racisme dans le fait que quatre jeunes Noirs aient été choisis pour pousser un char allégorique lors du défilé de la fête nationale, le 24 juin dernier.

« C’est exactement le contraire, argue-t-il. C’est justement parce que les organisateurs n’avaient pas la moindre considération raciale que personne n’a soulevé le cas que dans tel char c’était des Blancs qui poussaient et dans tel char c’était des Noirs qui poussaient. »

Perception et réalité

Peu après l’événement, Philippe Couillard avait affirmé que « ce qui est souvent important, c’est ce qui est perçu ».

La députée solidaire Manon Massé, elle, avait affirmé sur Twitter que « la fête nationale, c’est une question de symbole ».

« Là on vient d’envoyer un très mauvais message... », écrivait-elle.

Jean-François Lisée, lui, qualifie plutôt l’événement de « controverse complètement fabriquée », notamment par l’auteur de la vidéo. « Il y a des gens qui cherchent à démontrer que les Québécois sont racistes, dit-il. C’est une réalité avec laquelle on doit composer. Mais que des responsables politiques comme Manon Massé et le premier ministre du Québec embarquent là-dedans, ça, c’est inacceptable. »

« Quand quelqu’un décide d’utiliser le symbole de la fête nationale pour faire le procès en racisme des Québécois, le premier ministre devrait prendre la défense de la fête nationale et ne pas alimenter un faux procès », affirme-t-il.

Cimetière musulman

Par ailleurs, Jean-François Lisée salue la création prochaine d’un cimetière musulman à Québec. « Je pense que c’est très bien. Le maire Labeaume a très bien agi. C’est important que le cimetière existe. »

Jean-François Lisée s’est fait silencieux durant tout le débat qui a entouré la création d’un cimetière musulman à Saint-Apollinaire cet été. « [C’est] parce que j’étais en vacances », se défend-il aujourd’hui.