/news/green
Navigation

Une ancienne mine en cause dans un affaissement de sol à Sherbrooke

Une ancienne mine en cause dans un affaissement de sol à Sherbrooke
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Une ancienne mine seraient en cause dans l'affaissement de sol survenu dans l'arrondissement de Lennoxville à Sherbrooke, lundi soir dernier.

Le ministère des Ressources naturelles a été chargé d'enquêter sur ce qui s'est produit. Des analyses de sol seront effectuées dans les prochaines semaines pour s'assurer d'éviter tout risque nouveau d'affaissements.

Même si des outils de géolocalisation ont permis de dénombrer plus de 3000 puits et mines dans la région de l'Estrie dans les dernières années, il est encore difficile à ce jour d'établir leur nombre exact. « Il n'existe pas de plans et les compagnies n'existent plus et elles ont disparu tout de suite après la fermeture de la mine », a précisé Geneviève Vallières, coordonnatrice à la Mine de Capelton en Estrie.

Ces mines d'exploration et d'exploitation ont été nombreuses près de Sherbrooke pendant la guerre de Sécession alors que dans les années 1860, le cuivre était le minerai de prédilection. « Le cuivre valait plus cher que l'or donc c'est pour cette raison qu'on retrouve beaucoup de puits d'exploitation et d'exploration », ajoute-t-elle.

La mine de cuivre de Capelton, située dans les Cantons de Hatley, près de Sherbrooke a été en exploitation de 1863 à 1907. Elle est ouverte au public depuis l'automne 1995 et accueille de nombreux visiteurs chaque année. C'est l'une des premières mines de cuivre au Canada.