/news/green
Navigation

Une plante envahissante qui inquiète dans l'Est-du-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs connaissent la berce du Caucase, mais très peu sont au fait de la progression dans l'Est-du-Québec de l'une de ses proches parentes: la berce spondyle. La vallée de la Matapédia est particulièrement touchée par cette espèce envahissante.

L’organisme de Bassin versant de Matapédia-Restigouche prend des actions pour l’enrayer et a réussi à faire ajouter cette plante à la liste des espèces envahissantes au cours des dernières années.

La berce Spondyle, aussi appelée berce commune, s’étend de plus en plus. On la retrouve dans la vallée de la Matapédia, près de la rivière Humqui, près d’Amqui, mais aussi à Sayabec, Causapscal et Val-Brillant.

La plante peut causer des brûlures si l’on coupe une feuille ou sa tige et que la peau touche à sa sève. Sinon, le contact avec la peau n’est pas dangereux.

La vitesse à laquelle la plante se répand inquiète. Les inondations du printemps dernier vont d’ailleurs contribuer à son expansion.

«Une fleur va amener jusqu’à 6000 graines. Donc c’est vraiment énorme, a expliqué Mireille Chalifour, de l’organisme de bassin versant Matapédia-Ristigouche. Les inondations au printemps dernier vont les répandre partout sur le territoire.»

Mme Chalifour a ajouté que «dans les années qui vont venir, on va voir une expansion encore plus importante».

Le problème, c’est que l’organisme bassin versant de la région dit avoir peu de ressources pour lutter contre la plante envahissante et demande l’aide du gouvernement provincial.

«Il faut vraiment s’y attaquer parce que sinon on aura de plus en plus de problèmes, a fait savoir le maire d’Amqui Gaétan Ruest. Même si les adultes peuvent les voir, pensons aux jeunes qui ne sont pas alertés. Et puis ce sont de coûts pour la santé.»

La Matapédia est l’un des secteurs de la région où l’on compte le plus de brûlures liées à la berce spondyle.

Pour retirer la plante définitivement de son terrain, il faut prendre une pelle pour retirer la plante à la racine et bien sûr, protéger sa peau.