/news/politics
Navigation

La Ville de Québec pourrait «définitivement accueillir» des migrants, dit Joël Lightbound

À l’instar de Montréal, la Ville de Québec pourrait «définitivement accueillir» des migrants selon le député de Louis-Hébert, Joël Lightbound.
Photo D'archives Daniel Maillard À l’instar de Montréal, la Ville de Québec pourrait «définitivement accueillir» des migrants selon le député de Louis-Hébert, Joël Lightbound.

Coup d'oeil sur cet article

À l’instar de Montréal, la Ville de Québec pourrait «définitivement accueillir» des migrants selon le député de Louis-Hébert, Joël Lightbound.

«Je pense que oui, on pourrait accueillir des réfugiés et des migrants ici à Québec, définitivement», a admis le député de Louis-Hébert lorsqu’il a été questionné sur le dossier de la vague migratoire d’Haïtiens qui fuient les États-Unis, en marge d’un point de presse, vendredi.

«À Québec, moi je pense qu’on a de la place et on a un taux de chômage historiquement bas, c’est le plein emploi à Québec, on a besoin de main-d’œuvre», expose-t-il.

À Montréal, plusieurs mesures ont notamment été mises en place au cours des derniers jours pour favoriser l’accueil de ces demandeurs d’asile alors que les portes du Stade olympique et de l’hôpital Royal Victoria leur ont notamment été ouvertes. Si le Centre multiethnique de Québec (CMQ) avait notamment permis l’accueil de réfugiés syriens par le passé, Joël Ligthbound soutient ne détenir aucune information quant au choix de cet endroit comme lieu potentiel d’hébergement temporaire des migrants haïtiens si la Ville leur tend les bras.

«En même temps, il faut regarder c’est quoi l’ambition de ces migrants-là. Est-ce qu’ils ont de la famille? Est-ce qu’ils ont de la parenté ici? Ce n’est pas à nous nécessairement de dicter où les localiser donc ça reste à voir», explique le député.

Ce dernier qualifie «d’assez exceptionnel» cet afflux «si important» de migrants haïtiens qui tentent de traverser les frontières du Québec alors qu’ils affluent au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, mais ajoute que «ce n’est pas nouveau que des personnes traversent la frontière. Je crois que le gouvernement fédéral avec le gouvernement provincial et avec différents acteurs de la société civile, entre autres la Croix-Rouge, mettent vraiment l’épaule pour s’assurer que ces demandes d’asile sont traitées rapidement et que les gens ont un niveau de confort et un niveau de vie décent à travers des périodes qui sont difficiles pour eux.»

Si M. Lightbound voit «d’un bon œil» l’implication de la Ville de Montréal, nul doute que celle de Québec pourrait emboîter le pas.

«Je ne sais pas qu’elle a été la réaction de Québec. Je pense qu’en ce moment, il y a une situation à la frontière qui doit être gérée. C’est ce à quoi les différents acteurs s’appliquent maintenant et s’il y a des migrants qui traversent la frontière et qui veulent venir à Québec, je pense que oui, on pourrait définitivement les accueillir», a-t-il rappelé.