/news/currentevents
Navigation

L’ex-chef des Hells Angels est libéré

Détenu depuis novembre 2015 à Rivière-des-Prairies, Salvatore Cazzetta attend son procès pour recel

Salvator Cazzetta
Photo d’archives Le motard Salvatore Cazzetta a été arrêté dans le cadre de l’opération policière SharQc en 2009.

Coup d'oeil sur cet article

Salvatore Cazzetta, l’ex-chef des Hells Angels qui était détenu depuis plus d’un an et demi, a obtenu un autre gain devant la justice québécoise vendredi quand il a pu reprendre sa liberté en attendant d’être jugé.

Puisque la Couronne ne s’est pas opposée à la requête que l’influent motard avait présentée il y a quelques jours, le juge Daniel Royer a ordonné qu’il soit libéré de la prison de Rivière-des-Prairies.

Cazzetta y était incarcéré depuis son arrestation, le 19 novembre 2015, effectuée lors des projets d’enquête Magot et Mastiff. Ces coups de filet furent réalisés aux dépens de membres et de leaders des Hells, de la mafia montréalaise et des gangs de rue montréalais en matière de stupéfiants, d’armes et de crimes avec violence.

À l’origine, le motard surnommé « La Barbe » était accusé de complot, de gangstérisme et de recel d’une somme d’argent provenant de la vente de cocaïne.

Accusations retirées

Toutefois, l’accusation de complot a été abandonnée par la poursuite et celle de gangstérisme a été retirée le 27 juillet à la suite d’une décision rendue par le même juge Royer.

Me Mylène Lareau a plaidé que si son client devait être trouvé coupable de recel à l’issue de son procès, où un verdict ne sera pas rendu avant mars 2018, Cazzetta aura « à toutes fins pratiques déjà purgé sa sentence » compte tenu de la période de détention provisoire déjà écoulée.

Salvatore Cazzetta s’était déjà fait refuser sa remise en liberté à l’hiver 2016. Il devra maintenant s’abstenir de communiquer avec ses coaccusés et avec tous les membres des Hells Angels.

L’homme de 61 ans, qui a subi une intervention chirurgicale au cœur quelques semaines avant d’être appréhendé, était souriant et semblait en pleine forme vendredi matin pendant qu’il assistait à l’audition de sa cause en direct de la prison, par visioconférence.

Arrêté à deux reprises en 2009 dans autant d’enquêtes policières d’envergure, Cazzetta s’en était chaque fois sorti indemne en raison des délais judiciaires déraisonnables.

Cazzetta avait bénéficié d’un arrêt des procédures pour les accusations de trafic de drogue et de gangstérisme portées contre lui dans l’opération SharQc, en 2011, en plus d’obtenir le même résultat l’automne dernier pour des accusations de fraude liées à une affaire de tabac de contrebande.

Rock Machine

Le motard originaire du quartier Saint-Henri, à Montréal, avait fondé les Rock Machine en 1989, après avoir fait partie des SS de Pointe-aux-Trembles aux côtés de Maurice « Mom » Boucher, pendant que celui-ci se joignait aux Hells.

Cazzetta a cependant été arrêté, extradé aux États-Unis et condamné pour importation de cocaïne. Il s’est fait écrouer juste avant qu’une guerre meurtrière éclate entre les deux gangs au Québec pour le contrôle du marché de la drogue.

À sa libération, les deux clans avaient fait la paix et il a intégré les rangs des Hells Angels, comme plusieurs anciens membres des Rock Machine. Il avait pris la tête des Hells pendant que la quasi-totalité de leurs membres était incarcérée à la suite de l’opération SharQc.