/news/society
Navigation

Plus de personnel pour traiter les demandes d’asile

Coup d'oeil sur cet article

La Commission qui analyse les demandes d’asile des migrants arrivant en masse au Québec depuis quelques semaines mettra en place une équipe entièrement affectée à ce dossier, une situation inédite depuis l’arrivée des boat-people en provenance du Vietnam vers la fin des années 1970.

La vingtaine de commissaires de cette équipe viendra s’ajouter aux 124 déjà en place et qui ne fournissent plus.

Environ 1000 demandes d’asile s’accumulent chaque mois aux bureaux de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié au Canada, indique sa vice-présidente Shereen Benzvy Miller.

L’équipe supplémentaire sera en place jusqu’en novembre au moins et devrait permettre à la Comission de ne pas accumuler trop de retard.

Problème

« C’est un problème [...] Nous n’avons pas la capacité de gérer ce flux maintenant, dit-elle au Journal. Quand la commission a été créée, on n’avait pas ce volume d’arrivées. »

Son organisme prévoyait déjà la venue de 40 000 demandeurs d’asile cette année, soit près du double du volume habituel, un chiffre que Mme Sheeren Miller qualifie de « modéré ».

« On essaie d’avoir les prévisions les plus justes possible, mais on ne sait jamais lorsqu’un tremblement déclenchera une vague migratoire », explique-t-elle.

Entre le 1er juillet et le 7 août, 1798 personnes ont traversé clandestinement la frontière canado-américaine au Québec.