/sports/hockey/homepage
Navigation

L'ex-DG des Sénateurs Bryan Murray est décédé

Bryan Murray
Photo d'archives, Agence QMI Bryan Murray

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien directeur général et entraîneur-chef de la Ligue nationale de hockey Bryan Murray est décédé à l’âge de 74 ans, samedi.

Le natif de Shawville souffrait d’un cancer du côlon depuis quelques années et avait révélé en novembre 2014 que sa maladie était incurable.

Murray a notamment travaillé chez les Sénateurs d’Ottawa, qu’il a dirigés pendant plus de deux saisons entre 2005 et 2008.

Également, en 2007, il a été promu au poste de DG et a assumé ce rôle jusqu’en 2016. Sa contribution lui a permis de devenir le premier membre de l’histoire du Cercle d’honneur des Sénateurs à la fin de la dernière année.

«Bryan était l’un des hommes les plus brillants que le hockey ait connu. Il était un excellent père de famille, mentor et enseignant», a affirmé dans un communiqué le propriétaire de la formation ontarienne, Eugene Melnyk, qui a offert ses condoléances aux proches du défunt.

«Les habiletés et le caractère de Bryan se sont reflétés dans l’excellence des équipes qu’il a dirigées et bâties au fil des décennies. Sa chaleur humaine et son sens de l’humour évidents étaient accompagnés d’une grande détermination et d’un haut niveau de compétitivité qui représentaient sa signature. Nous voulons profiter de son départ pour célébrer son apport important au hockey», a précisé le commissaire de la LNH, Gary Bettman, dans une déclaration officielle.

Spécial pour Chabot

Le choix de premier tour des Sénateurs en 2015 Thomas Chabot et l’ancien joueur de centre de l’équipe ontarienne Antoine Vermette ont aussi eu de bons mots à son égard.

«Premièrement, je voudrais souhaiter toutes mes condoléances à la famille Murray. J’ai eu la chance de le côtoyer un peu, mais pas beaucoup, a souligné Chabot. Tout ce que j’ai entendu de lui à Ottawa, c’était vraiment positif. Ce que le monde disait, c’était qu’il n’avait jamais vu quelqu’un connaître autant le hockey que lui. Ça faisait longtemps qu’il était dans le milieu.»

«En étant jeune, je regardais le hockey à la télé et on entendait quand même assez souvent parler de lui. C’était spécial pour moi d’être repêché par l’équipe dont il a été le directeur général.»

De son côté, Vermette a eu le privilège d'évoluer sous les ordres de Murray.

«C’est une triste nouvelle, ça bouleverse. J’ai eu la chance de le côtoyer pendant plusieurs années et ça m’a beaucoup touché quand on a su sa maladie. On savait, malheureusement, que ce n’était qu’une question de temps, mais il a surpris tout le monde [en livrant] tout une bataille. Il a démontré beaucoup de courage» a-t-il dit.

«J’ai toujours aimé son sens de l’humour, c’était un pince sans-rire. Il avait une belle feuille de route et j’ai été privilégié de jouer pour lui. Je vais en garder de bons souvenirs. C’était un pilier dans le monde du hockey. C’est une lourde perte.»

Un grand voyageur

Auparavant, le Québécois avait dirigé les Capitals de Washington de 1981-1982 à 1989-1990, ainsi que les Red Wings de Detroit lors de la décennie 1990.

Il a aussi été à la barre des Panthers de la Floride et des Mighty Ducks d’Anaheim. Murray a agi à un certain moment comme DG de ces trois dernières organisations.

Le récipiendaire du trophée Jack-Adams en 1984 a totalisé 620 victoires comme instructeur-chef dans la LNH, mais n’a jamais remporté la Coupe Stanley.

Il s’est retrouvé derrière un banc de la ligue pendant 18 saisons et 1238 parties.

En tout, il a planché durant 35 ans au sein du circuit Bettman.

- Avec la collaboration de Roby St-Gelais