/news/society
Navigation

Migrants haïtiens: un nouveau centre d’hébergement à Boucherville

Migrants haïtiens: un nouveau centre d’hébergement à Boucherville
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

BOUCHERVILLE | Face à l’arrivée massive de migrants haïtiens, de nouveaux centres d’hébergement ont dû être trouvés.

Havre Providence, une résidence de Boucherville qui accueillait des personnes âgées, va bientôt accueillir des migrants.

La résidence a une capacité d’environ 300 personnes.

Depuis vendredi, 221 nouveaux migrants sont arrivés en sol canadien.

Des ateliers pour apprendre à s’intégrer

Samedi après-midi, TVA Nouvelles était invitée à une assemblée destinée aux migrants haïtiens à l'Église évangélique Bethsaida, dans le quartier Saint-Michel, à Montréal.

Sur place, le drapeau du Québec, un important symbole identitaire, était remis aux enfants pour les divertir.

Les 60 personnes réunies à l’église rêvent déjà d'un avenir meilleur, ils espèrent voir leurs demandes d'asile acceptées.

Entre-temps, on leur donne un cours en accéléré sur le processus d'intégration.

«Je pense que le premier gros défi, ça va être au niveau de la langue, de pouvoir communiquer», explique Frantz André, du Comité d’action des personnes sans statut. Il leur est donc conseillé d’apprendre le français, pour une meilleure intégration.

À quelques kilomètres de là, un rassemblement a été organisé à Montréal-Nord, dans le cadre d'un événement baptisé Hoodstock. Il s’agit d’une mobilisation des forces communautaires noires et racisées, loin d'être indifférentes au phénomène des migrants.

Amir Khadir, de Québec solidaire, et Valérie Plante, la chef du parti Projet Montréal, se sont déplacés pour entendre les conférenciers.

«Il faut absolument pouvoir accueillir ces nouveaux arrivants-là, et tout de suite, les entrer dans le système», a expliqué Mme Plante.

Selon Stéphane Handfield, un avocat spécialisé en immigration, le processus s’annonce long.

«C’est impensable de croire que les gens pourront être entendus devant le tribunal, sur leur demande de réfugié au Canada, en 2017», a-t-il affirmé.