/sports/tennis
Navigation

Propulsé par sa détermination

Coupe Rogers
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Denis Shapovalov n’a pas oublié ce qui lui permit d’atteindre la demi-finale de la Coupe Rogers. S’il est très fier d’avoir éliminé Juan Martin Del Potro et Rafael Nadal, deux idoles de jeunesse, il est d’autant plus fier de sa détermination.

Il ne faut pas l’oublier, lundi, il a sauvé quatre balles de match contre son premier adversaire, le Brésilien Rogerio Dura Silva.

« Je suis très fier de mon esprit de combativité. Si je n’avais pas sauvé ces points de match, il n’y a aucune chance que je me retrouve encore ici. Je me suis bagarré tous les jours cette semaine. J’ai eu des matchs très difficiles. En traversant ces épreuves, c’est très motivant. »

Sa retentissante victoire sur le numéro deux mondial, Nadal, lui a donné des ailes. Du haut de ses 18 ans, il a trouvé le moyen de remettre le compteur à zéro. Un piège dans lequel seraient tombés bon nombre de fin finauds.

Il s’est évidemment couché très tard, jeudi, mais il a réussi à se reposer en faisant la grasse matinée digne d’un ado. « Il fallait que j’oublie le passé et que je me concentre sur le nouveau match. C’était difficile avec les demandes de l’ATP et les journalistes qui ressassaient toutes les histoires quand j’étais petit alors que j’avais serré la main à Nadal. Mais c’était amusant.

« Du moment où j’ai mangé au dîner et à l’échauffement, je me suis mis dans le match », a ajouté l’athlète.

Précipité par Mannarino

La vitesse de jeu d’Adrian Mannarino l’a toutefois placé sur les talons. Il a expliqué son mauvais départ par un manque d’énergie après sa longue bataille contre Nadal.

« Rafa m’a tiré beaucoup de jus. Et Adrian a fait un bon travail en début de match. Il jouait rapidement en étant agressif. Il était très solide et ne me laissait rien. À vrai dire, je me sentais précipité dans mon jeu. Ça m’a affecté », a souligné celui qui a rebondi au second set, aidé par la pause météo de 12 minutes.

Celle-ci a refroidi les ardeurs de Mannarino et cassé son rythme. Selon Shapovalov, elle a été le moment marquant du match.

Sur le même sujet