/weekend
Navigation

Un été de rêve

Entrevue avec le groupe Dubmatique
Photo Ben Pelosse Jérôme-Philippe et Ousmane de la formation Dubmatique se produiront dans le cadre de l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu ce soir, à compter de 20 h.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques mois, Jérôme-Philippe Bélinga et Ousmane Traoré, que les fans de Dubmatique connaissent sous les pseudonymes Disoul et OTMC, étaient loin de s’imaginer qu’ils allaient remettre les pieds sur scène, huit ans après leur dernier concert. Ce soir, ils renoueront pourtant avec leur public pour la troisième fois en quelques semaines, un privilège dont ils saisissent davantage l’ampleur, aujourd’hui.

« C’est au-delà de toutes attentes », a affirmé Jérôme-Philippe lorsque ­questionné sur le déroulement de son été, en entrevue.

Pour l’artiste qui, comme son ­complice, mène une vie rangée loin des ­projecteurs depuis 2010, les ­retrouvailles avec les fans de Dubmatique ont été des plus émouvantes, le 17 juin dernier, sur la grande scène extérieure des ­FrancoFolies de Montréal.

« Ç’a été un spectacle riche en émotion. J’en avais presque les larmes aux yeux, tant la réaction des gens était positive », a-t-il raconté.

C’est après un passage remarqué à l’émission En mode Salvail, en mars, puis une grande entrevue accordée au Journal, le mois suivant, que les choses ont tranquillement commencé à se mettre en place, en vue de ce retour sur les planches.

« Notre défi, c’était de revenir 20 ans en arrière avec cette même énergie, a souligné Ousmane, son complice. Nous devions revenir avec tout ce qui faisait Dubmatique, à ce moment-là. »

Nostalgie

En effet, La force de comprendre, album qui a propulsé Dubmatique au sommet avec ses 125 000 copies vendues et qui a cristallisé son statut de pionnier du hip-hop, au Québec, célèbre son 20e anniversaire, cette année.

Bien que l’intérêt que leur porte le ­public soit intimement lié à la ­nostalgie, Jérôme-Philippe et Ousmane, qui ont tous les deux passé le cap de la ­quarantaine, se réjouissent de constater que les fans les jugent toujours ­« pertinents ».

« Je crois que les Francos nous ont mis dans le bon train, puisque nous avons eu l’occasion de rencontrer notre public et de voir que cette relation ne s’est pas détériorée, avec les années », a dit Ousmane.

« Pour nous, ç’a été un défi, à nos débuts, de convaincre les gens que le hip-hop en français, ça pouvait se faire, a ajouté Jérôme-Philippe. Nous avons vécu plusieurs moments où on se disait ça passe ou ça casse. Eh bien ! cette soirée-là (du 17 juin), pour nous, c’était un peu ça. On voulait donner tout ce qu’on avait et montrer que malgré les années, on était encore habité par la flamme du hip-hop. »

Wyclef Jean

Ce soir, à l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, les deux acolytes se produiront juste avant Wyclef Jean, un artiste à qui ils vouent un immense respect.

L’ex-Fugees compte même parmi les quelques membres de l’industrie à avoir reçu une maquette de La force de ­comprendre, en 1997. Fait cocasse : l’échange a eu lieu dans un ­restaurant McDonald’s jadis situé sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal.

« Ç’a été une rencontre inusitée (...) J’ai bousculé quelqu’un. Je me suis donc excusé et en levant la tête, qui j’ai vu ? C’était Wyclef, là, devant moi », a raconté Jérôme-Philippe, amusé par le ­souvenir de cette rencontre complètement ­fortuite.

« J’entame donc la conversation avec lui. Je lui ai dit, en anglais : “Bonjour, M. Jean, comment allez-vous ? Désolé de vous avoir bousculé, j’étais trop ­concentré”. J’en ai profité pour lui ­remettre la cassette de la maquette de La force de comprendre. »

Cet « accrochage », qui s’est soldé par une soirée passée dans les coulisses du concert offert par la star au Métropolis, ce jour-là, restera à jamais gravé dans la mémoire des musiciens.

« Destiny’s Child assurait la ­première partie du spectacle, à l’époque où ­Beyoncé était peu connue, sinon ­carrément inconnue, au Québec, a-t-il ajouté. Quand on y repense, aujourd’hui, on se dit : “Wow, c’est fou ! Si on avait su !” (rires) ».

La suite

Une chose est sûre : les membres de Dubmatique profiteront de chaque seconde passée en compagnie de leurs fans, ce soir, puisqu’il s’agit du dernier concert à leur agenda, cet été.

« C’est maintenant qu’on se rend compte du privilège que l’on a, a dit Ousmane. À 20 ans, on a eu une chance exceptionnelle de faire ce qu’on faisait (...) Le public est encore là et on l’apprécie mille fois plus. C’est un cadeau du ciel. »

Quant à la création de nouveau matériel, le groupe compte aborder les choses à sa façon, désormais.

« Aujourd’hui, on n’est plus obligé de faire des disques pour faire de la musique, a dit Ousmane. On a la chance d’avoir retrouvé notre public, de savoir où il est. Ce sera plus simple pour nous, sans intermédiaire, de pouvoir lui adresser des messages et lui présenter des chansons. »


Plus d’informations à l’adresse facebook.com/dubmatiqueofficiel/.