/lifestyle/columnists
Navigation

Mon ex a ruiné ma vie

Coup d'oeil sur cet article

On parle souvent des femmes détruites par des hommes violents, mais rarement entend-on la voix des hommes détruits par une femme. Je sais que je risque qu’on se moque de moi avec mon histoire, mais j’avais envie de vous la raconter. Je suis un homme d’origine étrangère venu vivre au Québec il y a 22 ans. Amoureux d’une Québécoise rencontrée en voyage, j’ai adopté ce pays en la mariant. Nous avons eu deux enfants et vécu une vie relativement heureuse jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance d’un autre homme qui l’a complètement séduite.

À partir de ce jour, je suis devenu l’ennemi à abattre. La période du divorce fut si difficile que je suis entré en dépression et que j’ai perdu mon emploi. Elle en a profité pour m’empêcher de voir mes enfants sous prétexte que je les troublais par mon attitude. Suite à ça, j’ai constaté qu’elle leur avait lavé le cerveau, puisqu’ils se sont mis à refuser de me voir même si la cour m’avait accordé un droit de visite de deux jours aux deux semaines.

J’allais oublier de vous dire les deux choses les plus importantes. La première c’est que lors d’une de mes visites chez elle pendant les négociations du divorce, il m’était arrivé une fois de la prendre par les épaules pour la forcer à m’écouter quand je parlais. Elle en avait profité pour faire un signalement à la police. Je me suis retrouvé en cour pour me faire dire de ne pas m’approcher d’elle dans un rayon de moins de cent mètres.

La deuxième, c’est que non contente d’avoir lavé le cerveau des enfants, elle a fait peser sur moi des rumeurs d’agressions sexuelles sur ces derniers. La rumeur fut vite étouffée tellement elle était fausse, mais le mal était fait, car certains dans notre entourage y croient encore. Tout ça pour vous dire que 75,000.00$ plus tard, je peine encore après quatre ans, à me refaire une santé physique et mentale. Pour le monétaire c’est encore pénible. Mais le pire, c’est que je suis encore privé de mes enfants.

Vous allez me dire après ça que les femmes sont défavorisées par la justice? J’ai fini par faire laver officiellement ma réputation, mais comment faire en sorte de retrouver l’amour et le respect de mes enfants, ça je n’en ai aucune idée. Mon psy me dit qu’avec le temps ils vont comprendre qu’ils ont été manipulés. Mais en attendant, c’est moi qui pâtit. Heureusement, j’ai pu recommencer à travailler et ça m’aide à me tenir debout.

Mais je ne m’avoue pas encore vaincu

Je sais pertinemment que les cas comme le vôtre ne sont pas rares mais qu’ils sont encore peu visibles officiellement tant les hommes vivent ce genre de situation dans le secret. Mais surtout, je vous exhorte à ne pas baisser pavillon. Le pire étant passé, dites-vous que vous entrez dans une période de retour de balancier. Et comme le dit votre psy, vos enfants vous reviendront un jour.