/24m/job-training
Navigation

Comment détecter les employés qui font du présentéisme

Comment détecter les employés qui font du présentéisme
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Ève Cloutier - 37e AVENUE

 

S’il est vrai que l’absentéisme coûte des milliards de dollars aux entreprises canadiennes chaque année, son envers, le présentéisme, serait encore plus coûteux. Ce dernier phénomène est toutefois pas mal plus difficile à détecter.

Selon Julie Cloutier, professeure au département d’organisation et ressources humaines à l’ESG-UQAM, le présentéisme se traduit de deux façons, et les entreprises doivent rester aux aguets.

Dans le domaine de la santé au travail, le présentéisme se traduit par une « diminution du rendement du travailleur pour des raisons de santé ». Et cette diminution est bien involontaire. « Le présentéisme découle du fait que le travailleur n’est pas en pleine forme lorsqu’il se rend au travail, explique Julie Cloutier. Ce faisant, ses capacités réduites ne lui permettent pas de donner une prestation de travail comme il le fait généralement. »

Par exemple, un travailleur peut se présenter au travail, malgré une grippe. Cette personne aura de la difficulté à se concentrer, elle n’aura pas d’énergie, elle abattra moins de travail dans une journée et commettra des erreurs : bref, on assiste à une baisse générale de la performance. Dans ce cas, l’entreprise devrait préconiser aux travailleurs malades de rester chez eux et de mettre toutes les chances de leur côté afin de guérir plus vite. Certes, il y a une diminution de productivité les jours d’absence, mais elle sera compensée par le retour au travail du salarié en forme.

Dans d’autres cas, il peut s’agir d’un comportement improductif volontaire. « Le travailleur fait moins d’efforts au travail. Par exemple, si le temps de travail n’est pas surveillé, il arrive en retard, part avant la fin de son quart de travail, prend des pauses excessivement longues.

S’il n’y a pas de supervision directe, le travailleur peut s’adonner à des activités personnelles sur ses heures de travail, réaliser ses tâches trop lentement, porter peu d’attention à la qualité de son travail », indique la professeure.