/sports/opinion/columnists
Navigation

Une solution permanente aux fuites d’eau

camping
Photo Julien Cabana Une fois que la toiture a été soigneusement préparée, les ouvriers déroulent l’immense feuille de tôle d’aluminium qui viendra sceller le toit pour longtemps.

Coup d'oeil sur cet article

Quel que soit le type de véhicule récréatif que vous possédez, la plus grande crainte est toujours d’avoir une fuite d’eau par le toit. C’est sans aucun doute une des avaries qui peut le plus endommager un VR. Il existe pourtant une solution permanente, refaire la toiture en aluminium.

« C’est mon père qui a débuté dans ce domaine il y a plusieurs années. Les gens n’y croyaient pas vraiment au début, souligne Pierre Turgeon du Garage du Campeur, l’entreprise spécialisée dans le domaine et qui effectue cette réparation majeure. Pourtant, une fois que les gens ont fait ce choix, ils sont tranquilles pour longtemps. Faites le tour des gens qui sont ici et qui ont décidé de le faire. Vous allez vite constater que les gens sont très satisfaits. »

Les toits des différentes unités de véhicules récréatifs sont faits d’une membrane qui demande un certain entretien au fil des ans. Elle est sensible au soleil, au vent et à la pluie. Lorsque l’entretien n’est pas fait de façon systématique, la membrane s’endommage. C’est là que les problèmes commencent. Non seulement vous pouvez avoir des infiltrations à l’intérieur de l’unité, que vous allez voir, mais vous pouvez aussi en avoir dans les murs qui, elles, sont invisibles. Cela peut entraîner des problèmes d’humidité et même de moisissures et de champignons.

Guérir le problème

Même si cette méthode ne peut s’appliquer à tous les modèles, elle convient dans plus de 85 % des cas.

« Il faut comprendre que comme nous utilisons des feuilles de tôle en aluminium qui sont tout d’un bout, si un VR a des divisions sur le toit ou autres choses du genre, nous ne pouvons pas le faire. On retrouve cela principalement dans les modèles de caravanes à sellette, explique Turgeon. Pour le reste aucun problème. »

Dans les faits, lorsqu’ils procèdent à une telle réparation, les ouvriers responsables vont défaire la couverture existante jusqu’à la coque initiale s’il le faut afin de repartir sur des bases solides. « S’il le faut, tout sera refait à partir des supports de toit, l’isolation et tout le reste, jusqu’à la couche finale en aluminium », affirme l’expert.

Une fois le travail fait, Turgeon et son équipe sont catégoriques : « Nous garantissons qu’il n’y aura plus de problème d’eau. Lorsque nous entreprenons une telle transformation, il faut aller jusqu’au bout pour repartir sur du solide et utiliser des matériaux de première qualité. »

Deux possiblités

Pour faire cette réparation du votre VR vous avez deux avenues. À la place d’affaires de Pierre Turgeon il y a des installations spécialement prévues pour entrer le véhicule à l’intérieur et faire le travail.

L’autre possibilité qui s’offre à vous, surtout si vous possédez une installation fixe sur un camping, c’est que l’équipe se déplace pour faire sur place la réparation, lorsque la température le permet. S’il n’y a pas de réparations majeures, l’opération se fait en une journée. Pour ce qui est des coûts demandés, ils peuvent varier de 3000 $ à 5000 $, dépendamment des travaux à exécuter.

IMPACT ÉCONOMIQUE

Selon la dernière étude du Conseil canadien du camping et du VR, l’industrie canadienne du camping a contribué à l’économie du pays à hauteur de 4,7 $ milliards en 2014. Cette industrie a généré plus d’un milliard de dollars en taxes (de ventes, impôts) au Canada et dans les provinces. Le monde du camping a créé l’équivalent de 60 000 emplois à temps plein à travers le Canada et généré tout près de 2,9 milliards de dollars en traitements et salaires. Les frais de voyage des campeurs ont généré environ la moitié des impacts économiques. Du côté des différents manufacturiers, on mentionne une contribution de 977 millions de dollars à l’économie canadienne et pour les concessionnaires, 264 millions $.