/lifestyle/food
Navigation

Femme de passion... et de cuisine!

Femme de passion...  et de cuisine!
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Une carrière impressionnante au théâtre, au cinéma, en musique et à la télévision. On peut citer quelques-unes de ses apparitions au petit écran, comme La promesse, Unité 9 et Victor Lessard, dernièrement. Dominique se prépare à une grande aventure théâtrale, le Wild West Show de Gabriel Dumont. Une fresque ­monumentale ­présentée en plusieurs langues. Une ­flamboyante épopée, sur la lutte des Métis de l’Ouest canadien, inspirée librement des spectacles à grand déploiement de Buffalo Bill qui sera présentée partout au Canada et ici, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, en octobre. Dominique est aussi la fière porte-parole du ­Regroupement des popotes roulantes, un ­organisme qui dessert des repas aux personnes âgées, convalescentes et ­handicapées. « Plus de deux millions de repas servis par année, c’est quelque chose ! » me dit-elle, émue. Femme de passion, Dominique l’est aussi pour la cuisine... Ça tombe bien !

QUESTIONNAIRE GOURMAND

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

Je te dirais le robot culinaire. J’adore faire des mousses de foie de volaille, par exemple. Mes recettes me viennent de mon père, qui était pâtissier-traiteur. Il m’en a fait, des choses merveilleuses, et j’en refais certaines, dont la mousse de foie de volaille.

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans la cuisine ?

Mon mousseur de lait. J’avoue que pour faire mon café le matin, un bon capucino pour commencer la journée, c’est bien agréable. Sinon, j’ai une pléiade de spatules en bois, certaines conservées et toujours utilisées depuis que je suis en appartement... Ça te donne une ­petite idée ! Elles ont du vécu.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Des petits bols d’olives, des charcuteries, 
du saucisson, du fromage, des légumes 
croquants ; des choses qui se partagent facilement.
Photo Fotolia
Des petits bols d’olives, des charcuteries, du saucisson, du fromage, des légumes croquants ; des choses qui se partagent facilement.

 

J’aime l’idée que j’ai réussi à ­dégager du temps pour cuisiner à l’avance pour mes invités. J’aime être avec eux, pas collée à mon fourneau. Alors, je m’arrange pour que des choses simples et savoureuses soient déposées simplement sur la table. On grignote, on parle, on rit, on prend un bon verre de vin... Des bulles, le plus souvent. Pas besoin d’être un champagne haut de gamme, des bulles, c’est toujours festif. Des petits bols d’olives, des charcuteries, du saucisson, du fromage, des légumes croquants, des choses qui se partagent facilement.

Ton repas de prédilection ?

Simple, mais savoureux, comme un bon potage. Que ce soit froid l’été ou chaud et réconfortant ­l’hiver, c’est toujours un succès pour recevoir. Ensuite, un bon braisé d’agneau ou un bon rôti de palette. Pour poursuivre, je suis plus fromage que dessert, donc un plateau de fromages. Et si mes invités souhaitent du dessert, alors, je préfère l’acheter dans une bonne pâtisserie. ­Sinon, des fruits rouges, c’est délicieux.

Essaies-tu tes recettes avant de les servir à tes invités ?

Je suis assez intuitive, alors, avec mon expertise de chef à la maison (rire) je ne fais pas trop d’erreurs, mais ça ­m’arrive. J’aime faire les choses simples en général, avec beaucoup de saveur et de goût pour ajouter au bonheur de manger.

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es la plus fière.

J’ai réussi, un jour, le couscous parfait, fait de A à Z. Beaucoup de travail, mais tellement de satisfaction ensuite à le servir à mes invités et à le manger. J’étais vraiment heureuse du résultat.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Une purée de betteraves pas mangeable. C’était une horreur. Je ne sais même pas comment j’ai fait pour la rater... À manger, c’était une catastrophe !

Meilleure expérience culinaire à vie ?

Chez Toqué à Montréal. J’ai pleuré ­tellement j’étais émue de ce qui se ­passait à table. Tout... le service, la nourriture et la sommelière qui nous ­récitait des poèmes sur le vin. Divin !

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petite ?

Ça sentait la cuisine française, la ­pâtisserie. J’aidais mon père, je le voyais faire. Ça sentait toujours bon chez nous ! Ma mère cuisinait bien ­aussi. Un voyage dans le temps et dans la gourmandise tous ces souvenirs.

As-tu un rêve culinaire ? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster... ?

La table suit ma vie. J’aime m’inspirer des recettes locales, c’est un plus selon moi. Alors, mon rêve culinaire, c’est de faire des recettes avec les habitants de la place, de la cuisine authentique. Comme aller en Toscane et cuisiner avec les nonas sur place. J’ai le souvenir d’une choucroute mangée dans une brasserie de la gare en Alsace, je n’ai jamais plus remangé un truc aussi bon. Alors, la découverte des saveurs locales, de cuisine typique, me passionne.

Livre de recettes préféré ? 

Un livre de recettes parfait, selon elle !
Photo Courtoisie
Un livre de recettes parfait, selon elle !

 

Les livres de Patricia Wells sont parfaits selon moi et l’encyclopédie de Jeanne Benoit est un incontournable pour apprendre les bases de la cuisine.

Fromage préféré ?

Feta, Morbier, Pizy, un fromage de ­Lanaudière à Saint-Roch-de-l’Achigan, et beaucoup d’autres fromages du ­Québec qui sont formidables à ­découvrir. Je ne m’en lasse pas.

 

Son carnet d’adresses

Tes restos préférés ?

L’Express, un incontournable, Chez Daou, toujours aussi bon et l’Échaudée à Québec. Tous des restaurants que je visite depuis longtemps.

Ton resto préféré pour sortir en tête-à-tête ?

Son resto préféré pour les sorties en tête-à-tête.
Photo Courtoisie
Son resto préféré pour les sorties en tête-à-tête.

 

Hoogan & Beaufort, c’est tellement bon. J’aime beaucoup ce restaurant.

Resto préféré pour tes sorties en famille ?

Rôtisserie Romados, rue Rachel Est, le poulet à la portugaise est incroyable !

Boutique gourmande préférée ?

Le marché Jean-Talon dans son ensemble. C’est merveilleux avec ses boutiques et ses artisans. Et la boulangerie Le Pain dans les voiles (un à Montréal et un autre à Mont-Saint-Hilaire).

Resto préféré hors Québec ?

Le restaurant Louppa à New York. Une folie !
Photo Courtoisie
Le restaurant Louppa à New York. Une folie !

 

Le restaurant Louppa à New York. Une folie ! Je raffole de leurs pâtes carbonara.

Vin préféré ?

Les bulles, c’est festif ! À l’apéro, pour le repas ou pour fêter quelqu’un... Sinon, en blanc, pour se gâter, un Meursault. Et pour les rouges, Côtes du Rhône.

Produits culinaires chouchou ?

Produits chouchou de Dominique.
Photo Fotolia
Produits chouchou de Dominique.

 

Du pain et du beurre, il n’y a pas mieux.

Recette fétiche ?

La raie fraîche, un délice. J’aime faire aussi les calmars. Et si je vois ça au restaurant, mon choix s’arrête ­automatiquement sur ça. Il faut dire que dans les deux cas, si c’est mal fait ou pas frais, c’est un désastre.

De quoi tu ne peux pas te passer en cuisine ?

D’huile d’olive. J’en mets partout.

Gourmandise coupable ?

Le saucisson. (rire)

Ce que tu ne peux pas manger ou que tu détestes ?

Le foie, ce n’est pas vraiment mon truc. Étonnamment, la mousse de foie de volaille, oui.

Ton style de cuisine préféré ?

Je pourrais facilement te dire ­méditerranéenne, car c’est celle que je fais le plus souvent à la maison. Une cuisine ensoleillée et fraîche.

 
 
 
 
Sur le même sujet