/weekend
Navigation

Les femmes à l’avant-plan

Les femmes à l’avant-plan
Photo Sophie Desmarais, courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le Théâtre l’Espace Go se refait une beauté pour la nouvelle saison théâtrale. Avec le soutien financier de Patrimoine Canada, du Ministère de la Culture du Québec et des entrepreneurs privés, l’institution investit quelque 5,8 M$ dans ses installations, dont de ­nouveaux sièges et de nouvelles salles de répétitions. Les travaux devraient se terminer en décembre. Bien que la saison théâtrale s’amorcera plus tard en raison des travaux, elle demeurera fidèle à sa vision, soit de mettre les femmes à l’avant-plan par le biais de ses créations.

Les Marguerites

Les femmes à l’avant-plan
Photo Sophie Desmarais, courtoisie

 

Inspirée du livre Le Miroir des âmes simples et anéanties de Marguerite Porete, la pièce Les ­Marguerites sera campée à Paris en 1310. La femme de lettre, Marguerite Porete, fait face à diverses ­accusations et risque la peine de mort. On la verra notamment lors de son procès, où elle sera condamnée à mort pour ses écrits, jugés hérétiques, et sera brûlée vive le 31 mai de la même année.

« La pièce sera jouée en trois parties distinctes », précise la directrice générale et artistique de ­l’Espace Go, Ginette Noiseux. Ce sont les comédiennes ­Céline Bonnier et Évelyne Rompré, en alternance, qui ­personnifieront le personnage principal. « La danseuse et chorégraphe Louise Lecavalier viendra s’ajouter pour incarner Marguerite devant les juges et les hommes de Dieu qui représentent le pouvoir », souligne Mme Noiseux. Sophie Desmarais sera également de la distribution, interprétant aussi Marguerite Porète à un autre moment de sa vie.

Stéphanie Jasmin, qui a fait l’adaptation de la pièce, cosignera la mise en scène avec Denis Marleau.

► Dès le 20 février 2019

Svabda

Les femmes à l’avant-plan
Photo Sophie Desmarais, courtoisie

 

La saison se poursuivra avec un théâtre musical, mettant en vedette, Myriam Leblanc. Cette dernière interprétera Milicia, une jeune femme sur le point d’unir sa destinée avec un homme qu’elle n’a pas choisi. C’est par le biais d’une fête prénuptiale balkanique entre femmes que l’on découvrira divers jeux et rituels. La mise en scène sera signée par ­Martine Beaulne, tandis que la musique sera composée par Ana Sokolović une ­musicienne d’origine serbe. Depuis 2010, son oeuvre lyrique a voyagé à travers le monde.

► Dès le 24 mars 2018

La vie utile

Les femmes à l’avant-plan
Photo Sophie Desmarais, courtoisie

 

On clôturera la saison avec une création d’Evelyne de la Chenelière, qui conclut sa résidence d’artiste à l’Espace Go. Durant les trois dernières années Evelyne a écrit sur les murs du Café-théâtre ce qui lui venait à l’esprit. Des thèmes qui obsédaient l’auteure depuis le premier éveil de sa conscience. Des mots et des phrases qui pouvaient sembler hasardeux et souvent sans lien. Pourtant, l’auteure en a tiré une histoire la menant à la création de La vie utile, une pièce dont elle sera la tête d’affiche. Entourée sur les planches par Christine Beaulieu, Sophie Cadieux, Louis Négin et Théodore Pellerin, Evelyne a fait appel à Marie Brassard pour signer la mise en scène. La pièce transportera le spectateur dans un moment de semi-conscience faisant suite à une chute à cheval. Entre la vie et la mort, les images qui défilent dans l’esprit de la cavalière se succèderont, ainsi que la tentation de refaire le monde.

► Dès le 24 avril 2018