/opinion/columnists
Navigation

L’extrême gauche a lâché sa meute

Coup d'oeil sur cet article

Le hasard fait bizarrement les choses.

Alors que Jerry Lewis passait l’arme à gauche, une farce monu­mentale se déroulait dans les rues de Québec.

Une farce qui aurait pu s’intituler Les tontons farceurs, Le délinquant involontaire ou Un pitre au pensionnat.

Des casseurs sans idéologie

Voici diverses choses que j’ai apprises hier.

1) L’extrême gauche est le pire ennemi de la gauche.

2) La meute n’est pas toujours celle qu’on pense.

3) Au Québec, dire qu’on est contre l’immigration ILLÉGALE est considéré par certains comme raciste.

4) Est-ce à dire que les antiracistes sont pour le viol de nos frontières ? Si oui, qu’ils le disent haut et fort !

5) Lorsque des militants d’extrême gauche cassent, frappent et vandalisent, les médias « oublient » de mentionner de quel bord ils penchent.

Ce ne sont plus des manifestants antiracistes ou des manifestants de gauche, juste « des manifestants », point.

Leur étiquette politique et idéologique disparaît comme par magie !

6) Par contre, lorsqu’un manifestant de droite s’énerve, c’est un « manifestant d’extrême droite raciste, intolérant et xénophobe ».

Souligné en caractères gras, s’il vous plaît, pour bien montrer à quelle enseigne logent les méchants.

7) Les membres de La Meute ont défilé à visage découvert alors que les manifestants antiracistes étaient masqués.

Or, qui avait le plus à perdre de montrer son visage et de révéler son identité au grand jour ?

Des exemples patents de Fake News

8) On peut toujours compter sur l’extrême gauche pour faire passer ses adversaires pour des gens pas si méchants que ça, finalement.

9) Justin Trudeau a dénoncé l’intolérance. Qui était intolérant, hier ?

10) « Manifestation pro et anti- immigration organisée à Québec », a titré La Presse. « Une manifestation anti-immigration attendue de pied ferme à Québec », a écrit Radio-Canada.

La Meute n’est pas contre l’immigration, elle est contre l’immigration ILLÉGALE.

Après ça, ces médias publient de grosses tartines et diffusent de longs reportages sur le danger des Fake News.

Cordonniers mal chaussés...

11) Tout ce qui traîne se salit, dit le proverbe. Les grands responsables de ce dérapage s’appellent Philippe Couillard et Justin Trudeau qui, par leur inaction volontaire, soufflent sur les braises de l’extrémisme.

Et lorsque l’incendie finit par éclater, ils se pointent avec leurs camions et leurs boyaux comme s’ils étaient des sauveurs !

Vous pensez que ça ne fait pas l’affaire de Philippe Couillard, cette belle émeute ?

Voyons... C’est le party d’avant-match de sa Commission sur le racisme systémique !

C’est l’entrée, le tapis rouge, l’apéritif !

Montrer les dents

12) Le populisme est, dit-on, l’art de flatter le peuple dans le sens du poil.

Se montrer hypercomplaisant envers l’extrême gauche radicale, on appelle ça comment ?

13) Les militants de La Meute sont fatigués de se faire dépein­dre comme des gens agressifs ? Qu’ils changent le nom de leur organisme. Une meute, c’est une « bande de gens acharnés contre quelqu’un », un « ensemble de chiens qui font la chasse à la courre ».

Un nom n’est pas anodin. Or, quand j’entends les mots « la meute », je vois des molos­ses sauter sur un petit animal.

Ça ne me dit rien qui vaille.