/sports/opinion/columnists
Navigation

Au pays des rêves avec Mr.T

Coup d'oeil sur cet article

WHITBY, ONTARIO | Tous les pêcheurs rêvent un jour de combattre le monstre de leur vie, d’avoir peur que tout casse, de se faire quasiment arracher la canne des mains par leur prise. Tout cela, j’ai eu la chance de le vivre la semaine dernière en pêchant dans les eaux du lac Ontario.

En décembre dernier, au Salon national de la pourvoirie de Québec, j’avais discuté avec Mr.T, le guide Stéphane Tremblay, qui offrait ses services pour les aventures de pêche sur le lac Ontario. Les photos et sa façon de présenter ses journées de pêche et ses équipements m’avaient convaincu que je pouvais lui faire confiance. Jamais je n’aurais cru vivre une aventure de pêche aussi mémorable.

Le lundi 14 août, il est six heures du matin lorsque nous nous présentons au bateau de Stéphane. Après quelques explications sur la journée de pêche qui débute, nous quittons tranquillement la marina avant de prendre le large sur cette véritable mer intérieure, avec ses 85 kilomètres dans le plus large et ses 300 kilomètres de long.

Après nous avoir expliqué qu’il allait commencer la pêche dans une profondeur de 300 pieds et plus, rendu à destination, notre guide installe les lignes. Le groupe de quatre que nous étions ne savait pas à quoi s’attendre. Il ne faut qu’une vingtaine de minutes avant que le bal commence. Première prise de la journée, une truite arc-en-ciel de 14 livres. Nous sommes tous très heureux, croyant que nous venions de prendre le poisson de la journée. C’était bien mal connaître notre guide.

UNE DANSE CONTINUE

Très mauvaise estimation de notre part. Les yeux rivés sur son sonar, modifiant les appâts et les distances de traîne de façon régulière, le guide nous fait vivre une journée unique. Il ne faut pas attendre très longtemps pour qu’une autre prise se présente. À tour de rôle, nous nous relayons sur les cannes où les poissons mordent. Soudain, une première ligne bouge. Gilles s’en empare, et le combat commence. Quelques secondes plus tard, une deuxième, puis une troisième et une quatrième. Tout notre quatuor de pêcheurs est au boulot. Au travers de tout cela, tel un grand chef d’orchestre, Stéphane Tremblay dirige les combats. Tout un épisode intensif où le guide expérimenté devient plus important que jamais.

Après une période de repos bien méritée, je surveille les lignes parce que c’est mon tour. Tout à coup, l’attaque est sauvage. La ligne file à la vitesse de l’éclair. Je m’empare de la canne, et un combat difficile débute. Après 45 minutes d’efforts, le poisson se sauve. Selon Stéphane, il s’agissait certainement d’un gros saumon.

LE COMBAT DE MA VIE

À six heures du matin, le 15, nous quittons la marina. Cette fois, nous allons mettre des efforts importants dans la zone où, selon Stéphane, le saumon abonde.

Le guide nous explique que les prises seront moins nombreuses, mais que lorsqu’un poisson sera sur la ligne, il en vaudra la peine. Il n’avait jamais si bien dit alors que l’on assiste à tout un combat entre un de mes copains de pêche, Roger Ouellette, et un saumon chinook de 17 livres. À la fin, il est complètement vidé. Il en tremble. Une quarantaine de minutes plus tard, c’est à mon tour. Le poisson qui a mordu à la canne que je tiens sort 317 pieds de ligne en plus des 200 de base, avant de s’arrêter à 517 pieds. S’engage alors le combat de ma vie de pêcheur. Durant plus de 50 minutes, il me fait travailler d’arrache-pied, vendant très chèrement sa peau. Finalement, il est là, dans l’épuisette où Stéphane vient tout juste de le récupérer. Quel poisson impressionnant ! Malgré le fait qu’il m’a poussé dans mes derniers retranchements, complètement vidé, je l’admire et, surtout, je le respecte encore plus. Merci au lac Ontario de m’avoir fait vivre de telles émotions !

Nom : MR.T pour Stéphane Tremblay

  • Adresse internet : www.pechemrt.com ou téléphone : 514 794-9939
  • Journée de pêche : 9 heures
  • Coûts d’une journée complète : Groupe de 4 : 175 $ par personne Groupe de 5 : 165 $ par personne
  • Espèces pêchées : saumon coho, saumon chinook et truite arc-en-ciel
  • Limite de prises et de possession : cinq poissons par pêcheur. Maximum de deux truites arc-en-ciel par pêcheur. On peut compléter le tout avec des saumons. Il est aussi possible de garder uniquement cinq saumons.
  • Permis : en Ontario, le permis de pêche n’est nécessaire qu’entre 18 et 65 ans. Donc, si un jeune vous accompagne ou que vous avez plus de 65 ans, pas besoin de permis à condition d’être citoyen canadien. Le permis de pêche à la journée coûte 15,77 $, taxes incluses.
  • Technique : pêche à la traîne avec deux cannes à l’eau par pêcheur.

Essentiel - Un guide professionnel

Lorsque l’on se retrouve sur un plan d’eau aussi immense que le lac Ontario, les points de repère sont inexistants. Comment savoir où pêcher et de quelle façon ? La réponse, c’est d’utiliser les services d’un guide professionnel comme Stéphane Tremblay.

Aux commandes de son Sportcraft de 25 pieds, il sait exactement où se rendre pour vous et, surtout, il peut agir dans toutes les conditions.

« Pour agir comme guide, j’ai dû suivre des cours pour la navigation à l’Institut maritime du Québec. Je possède toutes les formations et tous les certificats nécessaires pour la navigation sur un tel plan d’eau, affirme notre homme. On ne sait jamais ce qui peut se produire parce que la température peut changer radicalement parfois. »

En plus de ses connaissances en navigation, il connaît très bien les techniques de pêche et les leurres qui vont provoquer les attaques de ces poissons imposants. Professionnel jusqu’au bout des doigts et très généreux dans ses explications, il vous garde en confiance tout au long de vos journées de pêche.

D’IMPORTANTES CONNAISSANCES

Au fil des ans, il a su acquérir des connaissances de premier plan pour arriver à connaître autant de succès.

« Il faut tenir compte de la vitesse qui sera différente pour la pêche de la truite arc-en-ciel par rapport au saumon. Comme nous pêchons toujours à la traîne, la vitesse et la température de l’eau sont des éléments dont il faut tenir compte sans cesse. En plus de l’odomètre du bateau, j’utilise une sonde accrochée à l’arrière du bateau qui va chercher la vitesse des courants marins que nous traversons. Tous ces éléments mis ensemble nous permettent d’aller encore plus loin dans nos recherches des poissons et des façons de les appâter. »

Lors d’une sortie de pêche avec lui, vous n’avez qu’à fournir vos lunchs pour l’heure du midi et les breuvages dont vous aurez besoin. Pour tout le reste, équipement de pêche, leurres, éviscération, préparation de vos prises en filets, tout est fourni par Tremblay.

C’est un guide honnête qui livre la marchandise pour tous ses pêcheurs. On peut vraiment se fier à lui.

Brèves Chasse et pêche

SALON DE RIMOUSKI

La 5 ième édition du Salon national Chasse, Pêche et Plein Air de Rimouski se tiendra en fin de semaine, au Centre des congrès de Rimouski. Plusieurs thématiques seront à l’honneur dont l’art de la fauconnerie avec les grands oiseaux de Faucon-Éduc. Il y aura aussi démonstration de l’escouade canine de la Protection de la faune. Le panache du fameux Monstre de Matane serait exposé pour la première fois. De nombreux kiosques offriront des destinations, du matériel de chasse et pêche et autres sujets qui se rapportent à tous les milieux représentés dans le salon. Pour en savoir plus : salonchassepecherimouski@gmail.com ou sur Facebook.

CONCOURS DE PANACHE

Le 25 novembre prochain, le Club de golf Alpin du 20 des Monardes à Sainte-Brigitte-de-Laval, sera le théçâtre d’un concours de panache d’orignal. Le coût a été fixé à 30$ par chasseur. Comme les place sont limitées, vous devez vous inscrire à l’avance, au plus tard le 10 septembre prochain, en communiquant avec le responsable Daniel Parent au (418)932-6679.