/sacchips/inmybag
Navigation

Je suis membre de La Meute depuis le début et c'est plate

Je suis membre de La Meute depuis le début et c'est plate

Coup d'oeil sur cet article

Oui, je fais partie de La Meute.  Je ne parle pas de la page publique du soi-disant groupe d’extrême droite, mais bien de leur groupe «secret», qui rejoint aujourd’hui quelque 43 000 membres. C'est clair par contre que ce billet va me faire perdre mon membership abruptement.

 

Je suis membre de la meute par curiosité professionnelle et non pour croquer de «l’Islamiste radical». C’est important de le préciser.

Un proche m’a embrigadé là-dedans il y a deux ans, alors que La Meute venait de sortir de sa tanière. «En tant que journaliste, tu devrais voir ça ce qui se dit là-dedans. Il y a beaucoup de monde fâché contre les Arabes», m’avait expliqué mon «contact», avant de me lancer l’invitation.

Parce que c’est de même que ça marche dans le groupe privé : on doit au préalable recevoir une invitation d’un vrai membre en règle pour y adhérer. Comme les Raéliens, mais sans méditation sensuelle dans les meetings. Me semble en tout cas.

«Pis? C’est comment?», me demandez-vous, avec la fébrilité d’un enfant de huit ans venant de déballer son premier spinner. Eh bien j’aimerais vous dire que j’ai assisté, tapi dans l’ombre comme un ninja, à la montée d’un mouvement fasciste digne de l’Allemagne nazie. Ou sinon que La Meute est un beau forum de discussion ou les idées s’entrechoquent. J’aimerais aussi vous raconter qu’en tant que gauchiste amorphe, La Meute m’a permis de prendre quelques puffs de nationalisme et d’entreprendre le tricot d’une ceinture fléchée en maudissant la charia, évidemment à nos portes. Mais la vérité s’avère hélas aussi ennuyante que le passage d’une éclipse solaire partielle.

En fait, être membre du groupe secret de La Meute, c’est moins excitant que d’être membre de l’Opus Dei ou même des Chevaliers de Colomb. Au moins, ces derniers font probablement une épluchette de blé d’Inde ou deux par été. Pour moi, La Meute c’est une grosse gang d’adultes qui ont trop écouté de films et de joueurs de candy crush blasés en quête d’un nouveau passe-temps. Leur petit jargon à saveur lupine est aussi kitsch que le décor du défunt Jardin Tiki. À commencer par le nom du porte-parole, Maikan (loup en Innu, tsé), et les mille autres variantes et pensées du jour nées de l’imagination de gens qui ont tripé un peu trop fort sur Game of Thrones.

 

C’est sans compter les nombreux produits dérivés de La Meute visant à renforcer le sentiment d’appartenance et qui pastichent plus ou moins subtilement les personnages de la série Sons of Arnarchy. Le groupe privé semble au final simplement un lieu où on peut se comparer le tatou de patte de loup, visiblement très répandu et encouragé à grands coups de «like» dans la meute.

Mais, au-delà des apparences, le groupe semble néanmoins se structurer. En juillet dernier, une madame Wolf (dah!) nous présentait la carte des 17 clans de La Meute, divisés en régions administratives.

 

En attendant la prochaine Croisade, on apprend sinon que La Meute est en train de se partir un club de randonnée de moto.

Ah! Il y a aussi les grands-mamans louves, des mamies sympathiques à la cause, qui alternent envolées contre l'Islam radical et photos de leurs petits-enfants blonds aux yeux bleus sur leur page FB. Et il y a les fautes d’orthographe, nombreuses, qui enlèvent selon moi énormément de crédibilité au mouvement. Ok, c'est un peu condescendant de ma part d’exiger de tout le monde qu'il écrive comme un Académicien. Je fès moi-même des fotes à l'okkazion. Mais, à mon sens, lorsqu’on prétend parler au nom de la majorité silencieuse en se conférant la mission de sauver le Québec des ennemis de la chrétienté, ce serait un bon début d’exprimer ses idées dans quelque chose qui ressemble à du français. La bataille pour notre survie commence par là, non?

 

Parce que si je prenais une gorgée de vin (de glace) chaque fois que je voyais une faute dans leur fiel patriotique, une cirrhose du foie mortelle m’empêcherait d’assister à la révolution. C’est sans compter cette rhétorique prémâchée contre les méchants « merdias » qui ne défendent donc pas les vraies valeurs des vrais Québécois payeurs de taxes qui se font manger la laine sur le dos par les gouvernements corrompus. La question n’est même pas de savoir si c’est vrai ou pas, mais leur argumentaire est aussi prévisible que dater le capitaine de l’équipe de foot quand t’es la chef des meneuses de claques. Les membres de La Meute se posent d’ailleurs souvent en victimes de la censure et de l’acharnement des médias à les faire mal paraître, et ce sans jamais évoquer la possibilité qu’ils font très bien ce travail tout seul.

Ah ils sont contents, à l’interne, depuis la récente manifestation à Québec. Une manifestation houleuse à laquelle les militants de La Meute étaient fiers d’avoir répondu nombreux à l’appel. 600 participants, a calculé l’état-major. Mais 600 de 43 000 membres, c’est quand même juste 1,3% des troupes. Malgré ça, ils se targuent d’avoir gagné «la bataille de l’opinion publique», pour s’être cachés pendant six heures comme des louveteaux dans un stationnement sous-terrain pour ne pas se frotter à une pognée d’anarchistes cagoulés. Ces mêmes antifascistes qu’ils accusent de se voiler la face, alors qu’eux-mêmes se cachent derrière un groupe secret et des avatars de loup. On va se le dire, ça va prendre plus que ça pour parler d’un réveil dans la population. Et comme l’expliquait avec justesse Simon Jodoin dans un billet publié dans le Voir cette semaine, à qui donc La Meute a demandé l’avis pour aspirer à la protection de nos valeurs, nos droits, nos libertés et notre sécurité?

Les responsables de La Meute gèrent leur agenda derrière des portes closes, contrôlent les publications de leurs pages Facebook et censurent les voix discordantes. Ils prêchent la loi et l’ordre, mais proposent sur leur site des cours d’autodéfense via une firme privée, advenant le cas où les autorités en place ne puissent plus assurer la sécurité de la population. Hey merci. Sage conseil, quand on y pense. Une invasion de zombis est si vite arrivée. Ou pire, des demandeurs d’asile haïtiens sanguinaires venus occuper NOTRE stade olympique en attendant le retour des Expos.

Bien sûr, il serait naïf de prendre tout ça trop à la légère. Possible un excité se faufile parmi La Meute et finisse par faire de vraies conneries. Le traditionnel loup solitaire (ho-ho). Et puis, le tapage médiatique autour du groupe (allo) leur permet de recruter des centaines de nouveaux fidèles chaque jour.

À première vue, La Meute est d’abord un sapré bon défouloir pour une frange de la population dépassée par des évènements qu’ils maîtrisent peut-être juste un peu tout croche, à travers le miroir d’une télévision ou les ondes d’une radio souvent alarmistes. Le racisme a parfois le dos large, mais j’ai l’impression que c'est d'abord la xénophobie qui donne la rage aux loups de La Meute, des choses qui arrivent quand le seul musulman qu’on connaît fonce avec sa camionnette sur une foule à Barcelone.

Pour l’heure, j’invite les sympathisants de La Meute à plutôt devenir membres du Sac de chips. On est déjà plus nombreux, on ne se prend pas au sérieux et on fait un peu moins de fautes d’orthographe.