/entertainment/shows
Navigation

Styx surfe sur le sommet d’une vague

La formation s’amène au Québec pour quatre spectacles

Lawrence Gowan
Photo courtoisie Jason Powell Lawrence Gowan, chanteur et claviériste de Styx. Photo Courtoisie Jason Powell.

Coup d'oeil sur cet article

Membre de Styx depuis 1999, Gowan avoue que la formation qui est sur la route depuis la fin du mois de juin vit actuellement de très beaux moments.

« C’est spectaculaire. Cette tournée fait partie de celles qui rapportent le plus cet été. La réponse à nos nouvelles chansons est excellente. Styx est sur le sommet d’une vague en ce moment », a lancé le chanteur-claviériste canadien, lors d’un entretien.

Styx s’amène au Québec avec des spectacles qui seront présentés à Trois-Rivières, Pointe-Claire, Saint-Joseph-de-Beauce et Chicoutimi, les 24, 25, 26 et 27 août.

Le public, jusqu’à maintenant, offre un bel accueil aux nouvelles chansons de l’album The Mission, lancé le 16 juin.

« La pièce Radio Silence, à notre grande surprise, est en train de s’imposer comme si elle faisait partie des classiques de Styx. Les gens en profitent souvent, lorsqu’un groupe Classic Rock interprète un nouveau titre, pour aller à la salle de bain, mais on n’a pas encore remarqué ça depuis le début de la tournée. Les réactions sont fortes à la fin de ces pièces », a indiqué Gowan.

Le chanteur-claviériste précise qu’avec 16 albums et plusieurs pièces phares, la tâche de construire l’alignement de chansons pour cette tournée était un travail fort complexe.

« C’est toujours difficile de mettre de côté certaines grosses chansons qui font partie de notre répertoire. On joue presque la moitié de The Grand Illusion, Renegade et Blue Collar Man de Pieces of Eight, des pièces de Paradise Theater, Cornerstone, Crystal Ball et quelques-unes de notre dernier disque. On n’a pas fait Suite Madame Blue, mais on devrait la faire lors de nos concerts au Québec », a-t-il indiqué.

La formation américaine Styx. De gauche à droit, Lawrence Gowan, Chuck Panozzo, Tommy Shaw, James Young, Ricky Phillips et Todd Sucherman.
Photo courtoisie Jason Powell
La formation américaine Styx. De gauche à droit, Lawrence Gowan, Chuck Panozzo, Tommy Shaw, James Young, Ricky Phillips et Todd Sucherman.

Rêve ou réalité

Gowan n’est pas en mesure de confirmer la présence du bassiste Chuck Panozzo pour cette série de quatre spectacles. Membre original de Styx, le musicien qui est séropositif a connu quelques ennuis de santé la semaine dernière.

« On espère que Chuck sera avec nous pour les spectacles au Québec. Il va beaucoup mieux et il souhaite faire ceux au Québec. C’est son état de santé qui va décider de la chose », a expliqué Gowan.

Il y a quelques jours, Dennis DeYoung, qui fait carrière en solo, a manifesté, publiquement, le désir de revenir faire un dernier tour de piste avec Styx. Au bout du fil, on sent Gowan hésitant et très prudent dans sa lecture des choses.

« Je ne sais pas trop comment réagir, mais je peux, quelque part, comprendre quelqu’un qui a envie de faire partie de Styx. Ça va être à Tommy, JY et Chuck de faire face à cette situation. Tout ce que je sais, c’est qu’il n’y a pas de plan, en ce moment, pour apporter des modifications à la formation. Je fais partie de Styx depuis presque 20 ans et c’est maintenant une grande partie de ma vie », a-t-il laissé tomber, précisant qu’il lancera, lorsque Styx prendra une pause, un septième album solo.

Styx est en spectacle jeudi soir à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, vendredi à Pointe-Claire, samedi, à l’Accélération de camions de Saint-Joseph-de-Beauce et dimanche au Centre Georges-Vézina à Chicoutimi.