/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Céline «Cémoéleboss» Dion

Celine Dion arrives at the Royal Monceau Hotel
Photo WENN

Coup d'oeil sur cet article

Lors du lancement de sa ligne de sac à mains, Céline Dion a lancé aux journalistes : « Je suis maintenant... ben, r’garde, j’vais t’mettre ça ben simple là... C’est moé l’boss. Fait que, sais-tu quoi ? J’joue pas au boss ! C’est moé l’boss ! »

Voilà une femme qui s’affirme. Elle a beau vendre des sacs à main, Céline n’a décidément rien d’une sacoche.

Pas froid aux yeux

Vous savez quoi ? J’ai adoré la Céline que j’ai vue aux nouvelles mercredi. Elle s’assume, elle n’a pas peur de dire haut et fort qu’elle reprend sa destinée en mains. On a connu la Céline femme amoureuse, fille aimante, mère protectrice. Maintenant on découvre la Céline patronne. Il était temps !

Céline n’évolue pas en vase clos. Elle voit des femmes comme Kim Kardashian, qui font fortune avec des produits dérivés. Elle voit la popularité du mouvement #girlboss propulsé par Sophia Amoruso. Pourquoi ne serait-elle pas elle aussi maîtresse de sa propre destinée financière ? Pourquoi n’aurait-elle pas elle aussi son petit côté « badass » ?

Plus besoin de René, plus besoin d’Aldo, tassez-vous j’arrive ! Céline Dion est maintenant la René Angélil de Céline Dion.

Disons qu’elle a suivi pendant des années un MBA à la puissance 10 avec le meilleur des gérants. Combiné avec son flair artistique inné, sa maturité d’artiste et sa connaissance des goûts du public, ça donne une force de frappe impressionnante.

Est-ce que ça signifie que Céline ne va prendre que des bonnes décisions ? Non, mais on ne peut pas dire non plus que le tape à l’œil de son remariage ou que sa pose sur une statue gigantesque à Las Vegas aient été du meilleur goût. Pourtant, ces décisions avaient été prises sous la gouverne de Monsieur Angélil.

The power of the boss

Tous les comportements qui ont pu nous paraître erratiques ou excessifs des derniers mois s’expliquent à la lumière de ce cri du cœur : « C’est moé l’boss ».

Céline en salopette noire en caoutchouc avec des lunettes qui lui donnent l’air d’un Minion ? Elle peut bien, c’est elle « le boss » !

Céline qui fait une danse lascive avec un de ses danseurs ? Qui va l’en empêcher, c’est elle « le boss » !

Céline qui pose presque nue pour Vogue, essayez de l’arrêter, on vous le dit : c’est elle « le boss » !

N’importe quel individu qui reprend possession de son propre destin pousse son indépendance à l’extrême pour « tester les limites ». Céline s’essaye à tous les excès, tous les débordements, tous les dérapages pour voir jusqu’où elle peut aller.

Sortie de filles

Je me souviens d’une entrevue de Céline Dion avec Marie-France Bazzo, pour Radio-Canada. La chanteuse racontait qu’elle aurait pu faire comme d’autres vedettes de la chanson, fêter tard, tomber dans l’enfer de la drogue, de l’alcool ou d’autres dépendances. Mais que le seul vice qu’elle possédait c’était celui de collectionner des chaussures. On a déjà vu pire.

La jeune fille sage est maintenant son propre « boss ». Et qui dit « patron » dit « prise de risques ». J’ai hâte de voir la suite.

Est-ce que, comme elle le chantait hier, The best is yet to come ?