/lifestyle/sexromance
Navigation

Le désir sexuel a-t-il un âge?

Love each moment close to you
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La sexualité est-elle un privilège de jeunesse ? Bien sûr que non, mais plusieurs s’efforcent de le faire croire. Ces croyances populaires ont la vie dure ! Or, il peut devenir facile de se camper dans une position d’inactivité sexuelle en vieillissant, le corps et l’esprit vivant toutes sortes de bouleversements qui influencent alors le désir. Et vous, de quelle façon vivez ou vivrez-vous votre sexualité en vieillissant ?

Faits ou croyances ?

D’emblée, il pourrait s’avérer judicieux de répondre... un mélange des deux. Tout d’abord des faits : puisque la réalité n’est autre que changements et vieillissement. Le corps de l’homme et de la femme se modifie avec les années et les expériences vécues laissent également leurs traces.

Les aspects émotifs et mentaux, quant à eux, ne résistent pas plus aux saisons ! Il est donc naturel que les changements du corps affectent les relations sexuelles. Or, l’apanage de l’humain n’est-il pas de s’y adapter ? La meilleure façon de garder une vie sexuelle active est sans aucun doute de ne jamais l’arrêter ! Certes, elle se modifie, s’adapte en fonction du vécu du moment.

«Parmi tous les changements sexuels physiologiques prévisibles et normaux, le principal et le plus traumatisant pour l’homme est certes la baisse de la spontanéité de ses érections. Certains hommes paniquent et deviennent impuissants. Ils cessent leurs initiatives sexuelles par peur de l’échec et leurs femmes interprètent ce comportement comme une perte de leur propre attraction sexuelle et diminuent, elles aussi, leurs initiatives sexuelles au moment où, au contraire, elles devraient augmenter leurs initiatives et être plus actives pour aider l’homme à découvrir une sexualité plus sensuelle. La contrepartie de la baisse de la spontanéité érectile, pour l’homme qui accepte ce changement, est que celui-ci peut maintenir des érections plus longues sans éjaculation [...] Le fonctionnement sexuel durant les années que dure la ménopause est extrêmement variable d’une femme à l’autre et dépend de son état psychique général et des relations qui la lient à son partenaire. La cessation brusque du fonctionnement ovarien provoque une baisse brutale du taux d’œstrogènes et de progestérone. Ces bouleversements endocriniens s’accompagnent chez la plupart des femmes d’excès d’irritabilité, de dépression, d’instabilité affective et d’un comportement plus agressif.» Source : Iv Psalti, octobre 2012.

Naturellement, chaque homme et chaque femme étant différents, il n’est pas toujours facile d’être d’accord avec les généralités ! Or, c’est ce que les études démontrent auprès de certains échantillonnages de la population.

Deuxièmement : croyances puisque les préjugés ont la vie dure ! Solange, une femme de 81 ans, nous livre ses confidences : «J’ai perdu mon mari à l’âge de 68 ans après 41 ans de mariage. Mes trois enfants ont failli perdre connaissance quand je leur ai présenté mon nouvel amoureux Roger. Roger a quatre ans de plus que moi et il est veuf lui aussi. On s’est rencontré dans une soirée de bingo et, depuis ce temps-là, on ne se lâche plus ! Et c’est le cas de le dire ! Vous savez, j’ai toujours pensé que le sexe est un beau cadeau que Dieu a fait aux hommes et aux femmes, alors pourquoi ne pas en profiter ? J’ai passé ma vie entière à faire plaisir à mon mari et à être fidèle. Maintenant, j’ai envie de penser à moi ! J’aime mes petits plaisirs coquins de temps en temps. C’est sûr qu’on est moins actifs que quand on avait 40 ans, mais quand même... Et laissez-moi vous dire que ce n’est pas vrai que ça meurt ces affaires-là ! On peut toujours faire quelque chose pour que ça reste bien vivant ! Mes enfants pensent sans doute que notre amour est platonique – et je pense aussi que la société diminue l’importance du sexe pour les seniors –, mais ils ne peuvent pas avoir plus faux ! S’ils savaient...»

Gare aux menaces qui peuvent planer

La menace la plus grande est certainement celle de nier le vieillissement. Cette négation peut s’avérer pathologique puisqu’elle force quasiment les gens à vouloir rester jeunes à tout prix. Il faut donc se méfier de ces désirs de vivre dans une société homogène et sans âge ! Osons vieillir en beauté, assumer notre âge et faire rayonner notre bonheur !

Certes, avec l’âge arrivent également parfois les maladies, les complications de la santé et des limitations. Mais si vous parvenez à respecter adéquatement ce corps qui vieillit, vous saurez lui apporter ce dont il a le plus besoin. Il en va de même chez les couples qui vieillissent. Plus les menaces seront contournées, plus agréable en sera la relation. Voici quelques exemples d’entraves possibles à une sexualité active pour le couple senior :

  • Les carences ou les dérèglements hormonaux ;
  • Des troubles physiques ou des douleurs ;
  • Des dysfonctions sexuelles : qui font douter et qui déstabilisent l’équilibre du couple ;
  • Un état mental négatif, une nostalgie importante du passé, la peur de vieillir, le poids des idées reçues (« ça ne se fait pas ! »), le pessimisme, l’anxiété, la dépression – bref, des troubles d’ordre psychique qui occasionnent une baisse importante (voire une absence) de désir et d’intérêt pour la sexualité ;
  • Des problèmes de couple et une mésentente physique préexistants.

Le désir sexuel n’a certainement pas d’âge, il a simplement besoin de belles conditions de vie pour naître, se développer et perdurer !