/news/politics
Navigation

Le PLQ demeure en avance, mais Legault et la CAQ cimentent leur remontée

La CAQ est première chez les francophones à Québec et dans les régions

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti libéral demeure en avance dans les intentions de vote au Québec, mais la CAQ cimente sa remontée.

Au total, la Coalition Avenir Québec (CAQ) obtient 28 % des intentions de vote, contre 32 % pour les libéraux (PLQ), 22 % pour le Parti québécois (PQ) et 12 % chez Québec solidaire, selon un sondage Léger — Le Journal – Le Devoir – The Globe and Mail.

La CAQ est toutefois première chez les électeurs francophones, à Québec et dans les régions. À l’extérieur de Montréal et Québec, la CAQ ronronne avec 36 % des intentions de vote, contre 25 % pour le PQ et 24 % chez les libéraux. Elle domine aussi à Québec avec le tiers des répondants qui l’appuient.

« Ça confirme la tendance : la CAQ est bien installée en deuxième place. Elle est maintenant à égalité avec le PQ à Montréal », note Christian Bourque, vice-président de Léger.

Les indicateurs sont aussi au vert pour François Legault : 24 % des Québécois estiment qu’il serait le meilleur premier ministre, contre 18 % pour Philippe Couillard, en chute de deux points depuis juin. Le chef péquiste Jean-François Lisée ferme la marche avec 13 %.

Le PLQ est toujours premier, mais ne semble pas profiter des bonnes nouvelles économiques qui pleuvent depuis quelques mois. Le taux de satisfaction du parti de Philippe Couillard est en baisse de trois points depuis juin et atteint un creux de 28 %. La cote de popularité de Philippe Couillard est affectée : quatre libéraux sur 10 ne croient pas qu’il ferait le meilleur premier ministre.

À l’approche du déclenchement d’une importante élection partielle dans Louis-Hébert, les libéraux ont toutefois repris huit points d’appuis dans la région de Québec, pour réduire l’avance de la CAQ.

Gaétan Barrette

Certains membres du gouvernement sont aussi très impopulaires. Le bouillant ministre de la Santé, Gaétan Barrette, obtient 56 % d’opinion négative chez les répondants du sondage, contre 20 % d’opinion favorable. M. Couillard de son côté a un déficit de faveur de 28 %.

La majorité du Cabinet est toutefois méconnue du public, alors que près du tiers des sondés ignorent, par exemple, qui sont le ministre des Finances (Carlos Leitao) ou le ministre de la Sécurité publique (Martin Coiteux).

Du côté du chef du PQ Jean-François Lisée, la situation est périlleuse. Seulement 59 % des sympathisants péquistes croient qu’il ferait le meilleur premier ministre, à deux semaines d’un important vote de confiance.

L’effet Gabriel Nadeau-Dubois semble aussi s’être effacé pour Québec solidaire. Le parti retombe à 12 % des intentions de vote, en chute de trois points

Avenir difficile au Québec

Boris Proulx, bureau parlementaire

OTTAWA | Aucun candidat pour remplacer Thomas Mulcair ne remporte le cœur des Québécois, dont l’écrasante majorité ignore complètement la chefferie du NPD.

« Cette course n’interpelle tellement pas les Québécois, ils ne sont pas capables de choisir parmi des candidats qu’ils ne connaissent pas », estime Christian Bourque de Léger.

Le sondage qu’il a réalisé montre qu’à la veille du débat entre les aspirants-chefs à Montréal demain, sept Québécois sur 10 ne sont pas intéressés par la course au Nouveau Parti démocratique. Cela même si ce parti les a conquis lors de la vague orange de 2011.

Il y a 80 % des électeurs sondés qui ne savent pas qui est leur favori parmi Guy Caron, Jagmeet Singh, Charlie Angus ou Niki Ashton, ou n’accorderaient leur confiance à aucun d’eux.

Les données démontrent que Justin Trudeau ferait mieux auprès des Québécois contre n’importe quel aspirant chef néo-démocrate (46 % ou 47 %) que contre Thomas Mulcair (43 %) si des élections avaient lieu aujourd’hui.

Trudeau en baisse

Trudeau essuie une légère baisse de 6 % dans les intentions électorales québécoises par rapport au mois de mai. Il reste cependant meneur, loin devant à 43 %.

Le sondeur ne constate pas de grogne au Québec contre le premier ministre. « Tous les autres chefs envieraient les résultats de M. Trudeau au Québec. Il n’y a rien en péril. »

Le nouveau chef conservateur Andrew Scheer fait presque doubler les intentions de vote obtenues par sa chef intérimaire Rona Ambrose dans la province en mai (15 % contre 8 %). Il enregistre notamment de bons résultats dans la région de Québec, à 30 %.

Le Bloc québécois essuie un léger recul de 3 % par rapport à mai. Léger note que sa chef Martine Ouellet recueille entre 15 % et 19 % des intentions de vote depuis son saut en politique fédérale, en mars, talonnant le NPD (19 %).

MÉTHODOLOGIE

La présente étude a été réalisée par le biais d’un sondage internet auprès de 1002 Québécois ayant le droit de vote au Québec, entre le 21 et le 24 août 2017 dans toutes les régions du Québec. √  Pondération et marge d’erreur  Les données finales du sondage ont été pondérées à l’aide des données du recensement de 2011 selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, la région et le niveau de scolarité de façon à garantir un échantillon représentatif de la population.