/sports/opinion/columnists
Navigation

Le mépris d’Adonis Stevenson

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | J’ai suivi de près la sortie d’Eleider Alvares et de Marc Ramsey suite aux propos méprisants d’Adonis Stevenson.

Comme ça, Stevenson ne se préoccupe pas de son promoteur Yvon Michel. Il ne se préoccupe pas non plus de la WBC et de Mauricio Sulaiman, son président, qui tentent de forcer le champion à affronter son challenger obligatoire...

Adonis l’a dit mardi, il se préoccupe seulement et strictement de ceux qui ont le cash. Le pognon. Comme Yvon Michel n’a pas le pognon d’Al Haymon, il s’en fiche et le regarde de haut.

Bonasse

Quant à Eleider Alvarez, il est encore plus méprisant avec lui. Depuis deux ans, Alvarez s’est battu contre tous ceux que Michel et Haymon lui ont offerts. Incluant Isaac Chilemba, Lucian Bute et Jean Pascal. Il les a tous battus en attendant que sa Seigneurie ne daigne le regarder du haut de son trône.

Alvarez a été bon. Non, il a été bonasse. Et le temps est venu qu’il se fasse respecter. Si Adonis Stevenson que j’ai toujours défendu dans le passé veut affronter Badou Jack, tant mieux, mais qu’il commence par vaincre Alvarez.

Il va peut-être avoir une maudite grosse surprise.

Dossier pourri

J’ai parlé avec Yvon Michel hier. Il roule avec les coups. Mais son devoir de promoteur est de protéger enfin Eleider Alvarez. Ça fait deux ans qu’on lui promet un combat de championnat. On a abusé de sa gentillesse. Yvon Michel qui est le promoteur de Stevenson et d’Alvarez a un devoir d’homme honnête dans ce dossier qui sent la pourriture.

Quant à Alvarez et à son gérant Stéphane Lépine, le temps est venu de se dénicher un foutu bon avocat. Le plus féroce en ville. J’en connais une couple.

La responsabilité d’Alvarez est également claire : se tenir debout.