/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Êtes-vous encore Charlie?

Charlie Hebdo
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu la une du dernier Charlie Hebdo ? « Dieu existe ! Il a noyé tous les néonazis du Texas ».

Êtes-vous choqués ? C’est ça Charlie Hebdo. C’est bête et méchant. Et cruel et vulgaire. Et si vous pensez que ­Charlie Hebdo va trop loin avec cette une, vous n’êtes ­peut-être pas vraiment Charlie.

Liberté à géométrie variable

La marque de commerce de Charlie Hebdo, c’est de dénoncer tous les extrémismes. Faire réfléchir en nous poussant dans nos derniers retranchements.

C’est au nom de cette liberté d’expression là que les 12 victimes de l’attentat à Charlie Hebdo, en janvier 2015, sont mortes. C’est précisément parce que ces gens-là n’avaient aucune hésitation à critiquer tous les extrêmes (politiques ou religieux) qu’ils étaient dérangeants.

Bien sûr, la une de Charlie Hebdo a été abondamment dénoncée aux États-Unis. Dans la catégorie « fake news », il y en a même qui ont affirmé, de façon erronée, que Charlie traitait tous les Texans de nazis (cherchez l’erreur).

D’autres ont fait des parallèles stupides, rappelant que des milliers d’Américains étaient morts pendant la Deuxième Guerre mondiale pour libérer la France... Comme si cela signifiait que les Français ne pouvaient plus jamais critiquer quoi que ce soit émanant des États-Unis !

Il y a un politicien, qui n’a manifestement pas reçu le mémo sur la liberté d’expression, qui a même tweeté : « Qu’on ferme ce torchon ! »

Mais heureusement, il y a des commentateurs qui ont compris l’esprit Charlie. Comme Paul Joseph Watson qui a écrit : « Cette une est dégoûtante et idiote et j’appuie complètement leur droit de publier des trucs dégoûtants et idiots autant qu’ils le veulent. »

Comme l’a écrit avec beaucoup de justesse un de mes amis Facebook : « Au moins aucun Texan n’a lancé de fatwa ou encouragé les gens à tuer les gens de Charlie Hebdo parce qu’il se sentait “offensé”. »

Les escarpins de Melania

Dans un autre ordre d’idées, mais toujours au sujet des ­médias et du Texas, avez-vous vu la danse du bacon de ­certains médias américains quand Melania Trump a enfilé des talons hauts, très hauts, pour embarquer dans l’avion présidentiel à destination du Texas ? De Vogue à CNN, de Politicologue à Hollywood reporter, ils lui sont tombés sur la tomate pour avoir osé être habillée de façon si élégante. Bien sûr, ils ont ignoré le fait qu’à son arrivée à Corpus Christie, elle avait troqué ses escarpins pour des Adidas.

C’est tout de même bizarre que ces médias qui n’arrêtent pas de nous dire que c’est vilain de juger les femmes sur leur apparence aient gaspillé autant d’encre et de salive pour vomir sur... les godasses de la première dame.

Quelle ironie, quand même ! Ces médias qui affirment qu’il faut laisser les femmes porter ce qu’elles veulent ­(concernant le hidjab, le niqab ou le burkini) sont les mêmes qui voudraient dicter à Melania Trump ce qu’elle devrait (ou pas) porter au bout de ses pieds.