/news/politics
Navigation

Ottawa prépare l’hiver au camp temporaire de Lacolle

Des roulottes pourraient remplacer les tentes érigées par l’armée canadienne

Roulottes
Phtoo courtoisie Les tentes érigées par l’armée canadienne à Saint-Bernard-de-Lacolle pourraient être remplacées par des roulottes comme celles-ci, de l’entreprise Solution Modulaire Scolaire, qui aimerait décrocher le contrat de l’Agence des services frontaliers.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Buanderie, clinique médicale, espace de séjour, dortoirs et salles de bain ; le gouvernement du Canada installera dans les prochaines semaines un campement de « roulottes hivernisées » à Saint-Bernard-de-Lacolle pouvant accueillir jusqu’à 200 migrants.

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a publié, tard jeudi soir, un appel pour obtenir des soumissions de projet. Il se réserve par la suite le droit de faire une entente de gré à gré avec le fournisseur choisi.

Quelques compagnies ont déjà signalé leur intérêt, dont Solution Modulaire Scolaire, qui a installé un complexe similaire à l’Institut de cardiologie de Montréal.

Les fournisseurs devront aussi préparer « l’aménagement du site », ce qui inclut la pose de clôtures de périmètre et d’éclairage.

L’ASFC impose un délai très serré aux entrepreneurs qui désirent soumissionner. Ces derniers n’ont que le long week-end de la fête du Travail pour fournir des devis techniques, et devront ensuite être en mesure d’installer les unités d’habitation en six semaines.

On prévoit maintenir les roulottes en place pendant neuf mois, « avec possibilité de périodes de prolongation ».

Anticiper

Des entrepreneurs avec qui Le Journal a communiqué soulignent que ce n’est pas ici un processus habituel.

« Lorsque le gouvernement demande des lettres d’intérêt, c’est pour avoir plus de flexibilité dans le temps et dans la forme », a indiqué Simon Bouchard, vice-président de Solution Modulaire Scolaire.

Le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, qui répond des actions du gouvernement Trudeau à la frontière du Québec depuis l’été, a indiqué vendredi que cette installation est prévue « par précaution ».

« Tout gouvernement responsable doit essayer d’anticiper toute éventualité et c’est ce que nous sommes en train de faire. »

Le ministre n’a pas précisé le coût de telles installations.

Le syndicat des Douanes et de l’Immigration n’était pas au courant des démarches du gouvernement.

Son président, Jean-Pierre Fortin, aurait préféré que le gouvernement déménage le camp vers un autre site plus fonctionnel, comme une base militaire, où il y aurait suffisamment de place pour le logement et le traitement des demandes.

Pour sa part, l’ASFC n’a pas précisé où exactement sera installé le futur camp de roulottes, ni si les tentes de l’armée canadienne seront démontées.

Camp vide

Les douaniers de Lacolle ont constaté une accalmie depuis le début de la semaine. Environ 100 à 150 dossiers de demandeurs d’asile ont été traités chaque jour en moyenne depuis lundi, sous la capacité de traitement de 200.

Cela a fait en sorte de vider les tentes de Lacolle. Aucun migrant n’y a passé la nuit jeudi soir.

— Avec la collaboration de Boris Proulx