/weekend
Navigation

Amour et trahison en héritage

Amour et trahison en héritage
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Campée sur deux continents, la pièce dramatique de l’auteur australien Andrew Bovell — qui s’étend sur quatre générations — sera présentée pour la première fois en français. Elle souhaite démontrer toute l’incidence qu’une génération peut avoir sur une autre.

Écrite en 2008, la pièce When the Rain Stops Falling s’amorce en 2039 pour ensuite remonter en 1959 par de nombreux sauts dans le temps. Depuis une petite région rurale d’Australie, Alice Springs, et Londres, en Angleterre, on verra que chaque geste posé ­pourrait avoir des conséquences ­dramatiques pour une même famille.

La pièce, qui s’est d’abord fait connaître en Australie, a ensuite pris l’affiche à Londres avant d’être présentée à New York. Le Time Magazine l’a proclamée « Meilleure pièce » en 2010, tandis que le New York Times, jugeait qu’il s’agissait du « Best New Play of the Year ».

Enjeux environnementaux

Si la pièce a connu un grand succès, c’est en ­partie en raison du message qu’elle souhaite transmettre. ­Principalement, on se ­questionne à savoir si on pourrait parvenir à ­changer nos habitudes face aux grands enjeux ­environnementaux.

Pour nous le démontrer, on entendra, tel un mauvais présage, un homme qui avait prédit, 80 ans plus tôt, que la fin du monde surviendrait après un épisode de pluie diluvienne. Du moins, le monde tel qu’on le connaît.

« On retrouvera un éventail de ­personnages qui subissent les changements climatiques », annonce Linda Sorgini qui interprétera Gabrielle York. « Il s’agit d’un personnage qui n’est pas généreux, se souciant peu des conséquences de ses gestes. »

Prise de conscience

Comme les époques se ­succéderont, on retrouvera Gabriel York, ­personnifié par Normand D’amour, celui qui sera, plusieurs années plus tard, le fils de Gabrielle York. « On parle de ce qu’on laisse aux générations futures », ajoute la comédienne.

Plusieurs années ­auparavant, en 1988, Gabriel Law (David Laurin) quitte Londres pour se rendre en ­Australie. Gabriel souhaite comprendre pourquoi son père l’a abandonné alors qu’il n’était qu’un enfant. À partir de là, il parviendra à reconstituer l’histoire de sa famille et quelques mystères qu’ont dissimilés ses ancêtres. Différents thèmes seront évoqués par le biais de cette fresque, dont la trahison, l’abandon et l’amour.

La pièce, qui se regardera à la ­manière d’un thriller, se veut un constat et une prise de conscience. « C’est un constat de notre planète et de ce que l’on lègue », souligne Linda Sorgini. « En 2039 on réalisera qu’il n’y a plus de poissons dans les océans », révèle-t-elle.

Bien qu’il s’agisse d’une pièce dramatique, on apprend qu’elle se conclura sur une note d’optimisme.

Par ailleurs, on suit Linda Sorgini au petit écran, dans les séries Au secours de Béatrice et Les Simone.

Quand la pluie s’arrêtera

  • Auteur : Andrew Bovell
  • Mise en scène et traduction : Frédéric Blanchette
  • Distribution : Véronique Côté, Normand D’Amour, David Laurin, Christian Michaud, Alice Pascual, Marco Poulin, Maxime ­Robin, Paule Savard, Linda Sorgini
  • Du 6 septembre au 14 octobre au Théâtre Duceppe
  • Au Théâtre Trident à Québecen ­janvier 2018