/opinion/blogs/columnists
Navigation

Corée du Nord : attaquer ou accepter ?

Corée du Nord : attaquer ou accepter ?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Corée du Nord vient de réaliser son sixième essai de bombe nucléaire. Plus que jamais le choix apparaît clairement : ou bien les États-Unis attaquent la Corée du Nord, ou bien il faudra que le monde accepte que la Corée du Nord est une puissance nucléaire.

La dénucléarisation de la Corée du Nord n’arrivera pas. Toute négociation en ce sens est futile. Ce sixième essai nucléaire nord-coréen constitue une victoire pour la Corée du Nord, mais une défaite pour l’humanité.

1) Quelles sont les options ?

Il n’y en a que deux et les deux options sont mauvaises.

Si les États-Unis frappent la Corée du Nord, cette dernière risque de répondre par une attaque contre Séoul et d’autres villes sud-coréennes à proximité. Les millions de morts qui en résulteraient paralysent, non sans raison, toute action des États-Unis et de leurs alliés.

Si les États-Unis et leurs alliés acceptent que la Corée du Nord est une puissance nucléaire, alors la Corée du Nord risque le vendre à travers le monde sa technologie nucléaire et sa technologie de missile. Même si la Corée du Nord ne vend pas sa technologie, davantage pays vont  essayer de développer leurs propres bombes atomiques.  Il y aura à terme davantage de pays qui posséderont de l’armement nucléaire. Les risques de guerre nucléaire augmenteront, des dizaines de millions de personnes pourraient périr.

2) Qu’implique l’acceptation de la puissance nucléaire nord-coréenne ?

Cette seconde solution implique un affaiblissement des alliances américaines. Les alliés des Américains finiront par conclure qu’ils doivent eux-mêmes assurer leur propre protection contre une attaque nucléaire. La  meilleure protection demeure la dissuasion. Un État ne sera jamais mieux protégé contre une attaque nucléaire qu’en menaçant son agresseur d’une frappe nucléaire. Le parapluie nucléaire américain ne sera plus crédible parce que les États-Unis seront devenus vulnérables à des attaques atomiques venues de partout.

3) Pourquoi  ce sixième essai est-il important ?

Les Nord-Coréens n’ont plus besoin désormais de procéder à des essais nucléaires à échelle réelle. Ils disposent de suffisamment de données pour poursuivre le développement de bombes nucléaires avec des modèles informatiques ou encore grâce à des micro-explosions en laboratoire.

4) Que vont faire les États-Unis ?

Entre un risque imminent et un risque à long terme, les politiciens ont tendance à préférer le risque à long terme. Ils espèrent qu’entretemps  quelque chose viendra changer le cours de l’histoire. C’est vraisemblablement dans cette direction que les dirigeants américains s’orientent. Pour dire plus juste, ce qui filtre des conversations à la Maison Blanche donne l’impression que Donald Trump favorise une solution contre le risque imminent, c'est-à-dire une attaque, mais que les conseillers autour de lui penchent pour une solution contre le risque à long terme, c'est-à-dire accepter que la Corée du Nord est une puissance nucléaire. 

5) Pourquoi toute négociation  est-elle futile ?

Seul un changement de régime pourrait peut-être un jour amener le gouvernement nord-coréen à négocier un désarmement nucléaire. Mais un tel changement n’est pas en vue. Du reste, le gouvernement nord-coréen n’a aucune crédibilité. Même s’il acceptait sur papier de se débarrasser de ses bombes nucléaires, personne ne le croirait.

6) La dissémination est-elle inévitable ?

La dissémination de l’armement atomique est inévitable. La technologie nucléaire est une vieille technologie de plus en plus accessible. La période sans dissémination de la bombe atomique doit  prendre fin un jour ou l’autre. Sans doute vaudrait-il mieux que cela survienne beaucoup plus tard, quand les humains auront davantage pris conscience de leur fragilité et de leur destin commun sur cette planète.

Ajout

Les pressions commerciales que les États-Unis menacent d'imposer contre les pays qui font du commerce avec la Corée du Nord constituent un instrument de négociation supplémentaire contre Pyongyang. Mais ces pressions ne garantissent aucunement que la Corée du Nord détruirait ses armes nucléaires à la fin du processus de négociation. Elles ne garantissent pas non plus que la Corée du Nord ne parviendrait pas à trouver diverses façons de contourner les nouvelles sanctions commerciales. Après tout, c'est ce que le gouernement nord-coréen fait avec succès depuis de nombreuses années.