/news/currentevents
Navigation

Fraude: le fils de Coderre coupable de fraude

Il a dépensé plus de 16 000 $ sur des sites internet

Alexandre Coderre
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin Alexandre Coderre semblait un peu nerveux lorsqu’il s’est présenté à la juge pour reconnaître avoir commis une fraude et un méfait relativement à sa cyberdépendance.

Coup d'oeil sur cet article

Le fils du maire de Montréal Denis Coderre s’est avoué coupable mardi d’une fraude de plus de 16 000 $ liée à une problématique de cyberdépendance.

« C’est un jeune qui a perdu le contrôle de ses achats sur internet », a expliqué Me Conrad Lord, de la défense.

Juste avant, son client Alexandre Coderre plaidait coupable de plusieurs fraudes et de méfait, pour avoir menti aux policiers au cours d’une enquête criminelle.

L’affaire avait commencé en 2016, lorsque Denis Coderre avait contacté son chef de police en croyant avoir été victime de fraude. Une enquête a été lancée, ce qui a même mené à des mandats de perquisition.

« C’était plutôt l’accusé qui a commis la fraude », a précisé Me Fannie Turcot de la Couronne.

« Clavardage »

Tant dans la salle d’audience que lors d’un point de presse, Me Lord est resté évasif sur les achats du jeune Coderre.

« Il s’agit de clavardages, a-t-il dit. La facture peut grimper extrêmement vite. »

Selon la preuve, Alexandre Coderre achetait les services en ligne en payant avec une carte de crédit. Mais juste après, il appelait les institutions bancaires pour contester l’achat et ainsi ne rien payer.

L’enquête a duré plus d’un an, a indiqué la Couronne, qui a ajouté que les banques n’ont pas perdu d’argent, contrairement aux fournisseurs de services.

« Les montants seront remboursés », a toutefois assuré Me Lord.

Comme Alexandre Coderre travaille à temps partiel dans une épicerie pendant ses études universitaires, c’est lui qui paiera la facture, a assuré l’avocat.

Problème

Me Lord assure également que son client a réalisé sa problématique de cyberdépendance. Depuis, il suit une thérapie en plus d’avoir le soutien de sa famille. Sa mère était d’ailleurs présente à la cour mardi, contrairement à Denis Coderre.

« Il s’est pris en main, a assuré Me Lord. Son père est présent, sa mère aussi ainsi que ses proches. Il est bien entouré et encadré. »

Comme les parties n’arrivent pas à s’entendre sur la sentence à imposer à Alexandre Coderre, les plaidoiries sur la peine auront lieu le 20 décembre.